•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

La foisonnante industrie du vin en Colombie-Britannique

Des bouteilles de vin dans des caisses de bois.

Sylvain Charlebois explique ce qui rend le vin britanno-colombien si spécial.

Photo : iStock / Milan Stojanovic

Grâce à un climat propice à la culture du raisin, particulièrement dans les vallées du Fraser et de l'Okanagan, la production de vin de la Colombie-Britannique se démarque de celle du reste du pays, affirme Sylvain Charlebois, expert en économie alimentaire. « C'est vraiment unique, ce qui se passe là-bas », ajoute-t-il depuis Halifax.

Depuis 1990, le nombre de vignobles britanno-colombiens est passé de 7 à 347. Ce secteur économique génère plus de 2 milliards de dollars par année et emploie 10 000 personnes dans la province. Outre ce que le chroniqueur appelle le « Big Three  », ces trois vignobles qui produisent plus de 700 000 litres de vin chacun par année, on trouve une vingtaine d’entreprises intermédiaires (produisant de 60 000 à 700 000 litres) et quelques centaines de vignerons de petite taille (produisant moins de 60 000 litres).

BCVQA, un gage de qualité
Si les grands producteurs mélangent souvent les cépages, les vignobles plus modestes misent plutôt sur un raisin uniquement local et de qualité supérieure. Le sceau British Columbia Vintners Quality Alliance (BCVQA) permet d’identifier ces vins.

Malgré la reconnaissance accordée à ce système ressemblant aux appellations d’origine contrôlée françaises, seulement 17 % des vins achetés en Colombie-Britannique proviennent de la province. En Ontario, cette proportion est de près de 50 %, fait remarquer le chroniqueur.

Une occasion saisie par les Premières Nations
Au sein de l’industrie vinicole, « le leadership entrepreneurial des Autochtones est incroyable! » souligne Sylvain Charlebois. Ils ont développé une fierté par rapport à la fabrication du vin et à la transmission de leur culture au moyen de celle-ci. « Ils se sont réapproprié leurs traditions pour les [transmettre aux] touristes du monde entier. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin