•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nutrition : les superaliments, une fausse bonne idée

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Nutrition : les superaliments, une fausse bonne idée

Audio fil du lundi 6 février 2017
Des bottes de kale dans des boîtes en bois.

Le kale, un superaliment très populaire

Photo : Radio-Canada

Le nutritionniste Bernard Lavallée se méfie de la nourriture qui est élevée au statut de superaliment parce qu'elle menace ce qu'il considère comme la clé de la santé : la diversité. Remplacer une variété d'aliments par du chou frisé, par exemple, n'est pas aussi bénéfique que ce que l'industrie agroalimentaire veut nous faire croire.

« C’est hyper réducteur de parler des aliments en termes de nutriments, résume le chroniqueur. Un aliment, c’est beaucoup plus que la somme de ses nutriments. » Selon lui, aucun superaliment magique ne peut remplacer l’équilibre et la diversité. Lorsqu’on l'interroge pour savoir quel aliment, selon lui, est le meilleur, sa réponse est large : « Les aliments non transformés. »

Une popularité aux répercussions sociales et environnementales
Dans les dernières années, le quinoa a connu une hausse de popularité lorsque ses bienfaits ont été révélés au monde entier. Cet intérêt international a modifié son mode de production, qui est passé de très local et artisanal à industriel. Cela a eu des conséquences sur les producteurs et les consommateurs de la première heure de cette graine.

C'est aussi ce qui est arrivé au poisson, dont la demande en hausse a déséquilibré les stocks mondiaux en bouleversant le cycle habituel de reproduction. Donner à quelque chose le titre de superaliment peut ainsi avoir des incidences environnementales si une trop grande pression est exercée sur une ressource naturelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi