Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 31 janvier 2017

La baisse de motivation, un effet persistant du cannabis

Publié le

Le chroniqueur Dave Ellemberg, neuropsychologue
Dave Ellemberg présente les effets du cannabis sur le cerveau.   Photo : Radio-Canada / Julien Lamoureux

La consommation fréquente de cannabis affecte négativement le système de récompense du cerveau humain, affirme le neuropsychologue Dave Ellemberg, qui souhaite soulever les dangers de cette drogue alors qu'on parle de plus en plus de sa légalisation. Les conséquences peuvent même se faire sentir chez ceux qui ont arrêté de consommer depuis plusieurs années.

Le cliché du fumeur de marijuana toujours très relax et en manque de motivation est donc en partie vrai, selon des études, explique Dave Ellemberg. Le cannabis consommé régulièrement fait rétrécir l’amygdale et diminue le taux de dopamine, deux facteurs qui causent un dérèglement de ce fameux système de récompense. Baisse de motivation, torpeur et apathie en sont les résultats, même quand on n’a pas consommé récemment.

[La baisse de motivation liée à la consommation de cannabis] est démontrée par des études, et en plus, de façon anecdotique, on la voit en clinique chez des patients.

Dave Ellemberg

Le chroniqueur mentionne trois autres systèmes cérébraux qui sont affectés : l’attention et la capacité d’anticiper et de planifier des activités, la mémoire à long terme et l’encodage des souvenirs ainsi que les capacités motrices fines. Ce dernier élément touche particulièrement ceux qui font des travaux manuels – artistes, mécaniciens, plombiers, etc.

Le CBD, une molécule prometteuse
Le cannabidiol (CBD), un des deux éléments actifs les plus importants du cannabis, est tout de même source d’espoirs chez certains médecins et pharmaciens. Selon le neuropsychologue, il serait « le yin au yang » qu’est le tétrahydrocannabinol, l’autre molécule active majeure du pot. Pas d’effet psychoactif, réduction de l’anxiété, de l’inflammation et de la douleur musculaire : voilà seulement quelques-uns des attraits du CBD.

Chargement en cours