Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 23 janvier 2017

TDAH : un trait de personnalité, pas un trouble, selon Luc-Alain Giraldeau

Publié le

Le chroniqueur Luc-Alain Giraldeau, biologiste.
Le chroniqueur se questionne sur le TDAH.   Photo : Radio-Canada / Julien Lamoureux

« En ce moment, on étudie le trouble du déficit d'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) comme si c'était un problème », estime le biologiste Luc-Alain Giraldeau. Des scientifiques tentent de transformer les personnes qui en sont « atteintes » en misant sur l'apprentissage et la médication. Pourtant, si l'on concevait le TDAH comme une autre façon d'être humain, on n'aurait plus besoin de parler d'un « trouble ».

Fidèle à ses habitudes, Luc-Alain Giraldeau enfile ses « lunettes darwiniennes » pour dresser des parallèles entre l’humanité moderne et l’évolution qui l’a précédée. « On pense toujours que pour chaque espèce, il existe une conception unique, affirme-t-il. Le comportement animal montre que cette façon normative de concevoir les espèces ne correspond pas à la réalité. »

Une mésange charbonnière atterrissant sur une branche d'arbre.
Une mésange charbonnière atterrissant sur une branche d'arbre. Photo : iStock

La mésange charbonnière en est un exemple. Chez cet oiseau, il existe deux grands types de personnalités, aussi appelées « accommodements » par le scientifique : les oiseaux téméraires – plus agressifs et rapides à réagir – et ceux réactifs. Les représentants des deux types ont survécu à la sélection naturelle et se sont adaptés, si bien qu’il existe aujourd’hui « deux manières équivalentes d’être une mésange charbonnière ».

Pourquoi cela ne serait-il pas aussi vrai pour l’humain? Comme les gauchers, minoritaires dans un monde où tout est organisé en fonction des droitiers, les personnes recevant un diagnostic de TDAH ne sont-elles pas mésadaptées simplement à cause du monde « qui a été conçu par des personnes réactives? » se demande le biologiste.

Pour un biologiste du comportement, c’est difficile de ne pas voir le parallèle [entre le TDAH] et ce qu’on identifie comme un style d’accommodement proactif dans le monde animal.

Luc-Alain Giraldeau

Chargement en cours