Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 22 mai 2019

Design et empathie : penser les emballages en se mettant dans la peau des autres

Publié le

Le couvercle de la bouteille de médicaments imaginée par Frédéric Dupuis est muni d'une loupe.
Frédéric Dupuis, ex-étudiant de Sylvain Allard, a conçu une bouteille de médicaments dont le couvercle est muni d'une loupe. Le concept est sous brevet.   Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Se mettre à la place de l'utilisateur d'un produit afin de comprendre sa réalité et les problèmes qu'il pourrait rencontrer dans la manipulation dudit produit : voilà ce qui caractérise la démarche du design empathique. Selon Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), il est impératif pour ceux qui créent les objets de la vie de tous les jours de savoir se mettre à la place de ceux qui les utiliseront. En ce sens, les créateurs auraient intérêt à penser un peu plus aux aînés lorsqu'ils conçoivent leurs produits, à commencer par les entreprises pharmaceutiques.

« La plupart des designs qu’on voit dans l’industrie pharmaceutique s’adressent souvent à des gens de 22 ans en pleine forme, avec une vue impeccable. Or, les gens qui consomment les médicaments sont souvent […] plus âgés », note Sylvain Allard.

Celui-ci estime que les bouteilles de médicaments sont mal adaptées à la clientèle des aînés, qui sont pourtant de grands consommateurs de médicaments. Un des problèmes se situe sur le plan de la lisibilité des caractères.

Quand vous regardez une bouteille de médicaments et que vous avez de la difficulté à bien voir, imaginez une personne qui a 70 ans, 80 ans.

Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'UQAM

À ce sujet, le professeur tient à souligner le travail d’un de ses anciens étudiants, Frédéric Dupuis, qui a conçu dans le cadre d’un cours de design d’emballage un contenant de médicaments dont le couvercle, plutôt que d’être opaque, est muni d’une petite loupe intégrée. Cela facilite la lecture des petits caractères inscrits sur le contenant en question.

Selon Sylvain Allard, il est important que les créateurs arrivent avec des emballages de produits plus inclusifs. « Ces choix-là sont importants si on veut considérer notre population vieillissante. »

Chargement en cours