Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 13 mai 2019

Game of Thrones : les téléspectateurs plus stressés par les dialogues que par la violence

Publié le

Une scène de la série américaine <i>Game of Thrones</i>
Une scène de la série américaine Game of Thrones   Photo : HBO/AP/Helen Sloan

« Même si ce n'est pas une étude très scientifique, ça montre quand même qu'un bon jeu d'acteurs, ça peut être aussi stressant que les meilleures créatures produites par effets spéciaux », dit le journaliste scientifique Renaud Manuguerra-Gagné à propos des résultats d'une expérience menée par les concepteurs de l'application Cardiogram – incorporée à la montre Apple – sur des admirateurs du Trône de fer (Game of Thrones). Le but : mesurer leur niveau de stress pendant le visionnement de cette série sanguinolente. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce sont les scènes comprenant des dialogues, et non les scènes de violence, qui stressent le plus les téléspectateurs.

Pour arriver à cette conclusion, les concepteurs de l’application Cardiogram ont suivi le rythme cardiaque de 300 volontaires pendant que ces derniers regardaient des épisodes de la populaire série télévisuelle, qui prendra fin dimanche sur la chaîne HBO.

« Ils ont remarqué que ce n’était pas la violence ou les relations sexuelles qui faisaient le plus débattre le cœur des téléspectateurs, mais que c’était bien les dialogues – et plus spécifiquement les moments de tension entre deux personnages », explique Renaud Manuguerra-Gagné.

Ça peut être expliqué par la façon dont nos corps gèrent le stress, parce que dans ces scènes, on sent vraiment que la violence pourrait se déchaîner d’une seconde à l'autre, mais on ne sait pas exactement quand. Donc, voir nos personnages préférés dans une situation sur laquelle ils n’ont aucun contrôle, et où il y a une menace pour leur survie, ça pousse le cerveau des téléspectateurs en mode combat ou fuite. Ça stimule la production de plusieurs hormones qui vont nous rendre plus alertes, et augmente le rythme cardiaque.

Renaud Manuguerra-Gagné, journaliste scientifique

Renaud-Manuguerra Gagné indique que l’univers du Trône de fer a été le prétexte de nombreuses autres études, menées notamment par des chercheurs de l'Université Johns-Hopkins, aux États-Unis, et des chercheurs de l’Université de Bristol, au Royaume-Uni, qui se sont intéressés aux cycles des saisons dans cette populaire série télévisée.

Chargement en cours