Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 11 avril 2019

Cinq bienfaits des camps estivaux

Publié le

Des enfants se penchent dans tous les sens en riant.
Les camps estivaux permettent aux enfants de « se valoriser avec d’autres choses que le rendement scolaire et la famille », selon psychologue Édith St-Jean.   Photo : YMCA

Les camps offerts aux jeunes pendant l'été sont l'occasion « d'apprentissages qui seront bons pour toute la vie », selon la psychologue Édith St-Jean. Elle encourage les parents à y envoyer leurs enfants en raison des bienfaits associés à ces microsociétés où les enfants peuvent « se valoriser avec d'autres choses que le rendement scolaire et la famille ».

Ce sont près de 350 000 jeunes qui fréquentent chaque année les camps de vacances et les camps de jour. Si les premiers proposent pour la plupart des activités de plein air où les jeunes mangent et dorment à l’extérieur de la maison, les seconds sont souvent offerts par les municipalités entre 7 h et 18 h.

S’appuyant sur une étude de l’Université de Waterloo, Édith St-Jean souligne cinq bienfaits associés à ces activités.

  1. Développement des habiletés sociales. « C’est l’aptitude à se faire des amis et à maintenir ces amitiés-là. »
  2. Respect de l’environnement. « Comme les camps sont souvent à l’extérieur, les jeunes deviennent plus conscients de leur empreinte environnementale. »
  3. Promotion de saines habitudes de vie. « L’activité physique, la survie en forêt, le canot, l’hébertisme, etc. : ça contribue à augmenter leur confiance en soi. »
  4. Amélioration de l’autorégulation. « C’est l’habileté à exprimer adéquatement ses émotions. Par exemple, comment bien exprimer sa colère sans insulter ou devenir agressif. »
  5. Renforcement de l’indépendance. « On relève des défis à l’extérieur de la zone de confort : la maison, l’école, la famille. »

Des camps pour tous les goûts

La psychologue reconnaît que certains enfants – notamment ceux qui souffrent d’intimidation ou d’anxiété – ne sont pas susceptibles de prendre plaisir aux camps de vacances. Elle recommande toutefois « d’y aller graduellement, en exposant les bienfaits que ça peut apporter ».

Édith St-Jean mentionne qu’il existe une variété de camps thématiques, notamment des camps consacrés au cinéma ou à la musique. Elle conseille aux parents de ne pas être anxieux de voir leurs enfants partir plusieurs jours.

C’est une roue qui tourne : plus les parents voient que leur enfant est autonome, plus ils ont confiance en lui. Et plus ils lui envoient le message qu’ils ont confiance, plus l’enfant a confiance en lui.

Édith St-Jean, psychologue

Chargement en cours