Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 11 avril 2019

Des vêtements intelligents pour détecter et prévenir les blessures sur les chantiers de construction

Publié le

Une ouvrière travaillant un morceau d'acier. Des flammèches tombent autour du morceau et de l'ouvrière.
Les vêtements intelligents pourraient rendre les travailleurs et les travailleuses de la construction plus efficaces en s’adaptant à certains de leurs mouvements répétitifs.   Photo : iStock / matrixnis

« Le vêtement intelligent prend doucement sa place dans l'industrie de la construction », explique l'entrepreneure Stéphanie Lévesque. Bien que ces technologies soient encore dispendieuses et que certaines soient au banc d'essais, leur commercialisation garantit une meilleure sécurité et facilite le travail sur les chantiers.

Rythme cardiaque, taux de glycémie, température du corps : les mesures prises par les vêtements intelligents ont comme atout de repérer rapidement un accident ou un risque d’accident. La démocratisation de ces technologies tarde cependant à se faire sentir en raison de leur adoption plutôt lente par l’industrie de la construction. « Les ouvriers de la construction n’ont pas nécessairement les moyens de s’acheter ces vêtements et les entrepreneurs non plus, alors ça freine la recherche et le développement », explique Stéphanie Lévesque.

Plus de précision et de force

Au-delà de la sécurité, les vêtements intelligents pourraient rendre les travailleurs et les travailleuses de la construction plus efficaces en s’adaptant à certains de leurs mouvements répétitifs. « On fait souvent le même mouvement, et [le vêtement intelligent peut] rendre ce mouvement plus juste, plus précis », affirme Stéphanie Lévesque.

L’utilisation des exosquelettes, des appareils motorisés fixés au corps, pourrait aussi alléger jusqu’à 70 % de la charge transportée par un ouvrier et ainsi lui donner une plus grande force physique.

Imaginez pour les femmes : à compétences égales, le seul petit problème que nous avons, c’est la force physique. Il n’y aurait donc plus ce problème.

Stéphanie Lévesque, entrepreneure

Des innovations dans les matériaux

L’entrepreneure souligne que plusieurs innovations ont facilité le travail sur les chantiers au cours des dernières années. Les bottes à embout de sécurité (cap d’acier) ont ainsi laissé la place à des bottes plus légères en matériaux composites, et certaines permettent d’envoyer un signal s’il y a une chute ou un problème. Les vêtements de construction sont également plus adaptés au corps des femmes que ceux commercialisés il y a quelques années.

Le vêtement de visibilité est beaucoup plus ajusté, ce qui est quand même brillant parce que ça améliore l’amplitude du mouvement tout en veillant à ce que les travailleuses aient une haute visibilité.

Stéphanie Lévesque, entrepreneure

L’innovation attendue demeure toutefois les lunettes de construction connectées. Celles-ci permettraient de faire gagner énormément de temps sur les chantiers en simplifiant et en accélérant l’envoi de courriels et de plans modifiés.

Chargement en cours