Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 26 février 2019

L’hypertension, ce tueur silencieux

Publié le

Un membre du personnel médical prend la tension d'un patient sur son bras.
Il faut prendre notre pression quand nous sommes tranquille, selon le cardiologue George Honos.   Photo : Getty Images / iStock / Andrey Popov

Le quart des adultes canadiens font de l'hypertension artérielle. Chez les personnes de 65 ans et plus, ce seraient même 50 % qui sont affectées par ce problème médical qui augmente les risques d'insuffisance cardiaque, d'insuffisance rénale, de crise cardiaque ou même de démence vasculaire. « Si on le traite bien, on peut réduire de façon significative toutes ces séquelles-là », explique le cardiologue George Honos, qui rappelle l'importance du dépistage.

L’hypertension artérielle est généralement asymptomatique, ce qui fait qu’on peut être hypertendu à son insu. Jusqu’à récemment, près de 40 % des personnes qui étaient atteintes d’hypertension ne le savaient pas. « On a réussi à baisser ce chiffre avec l’accessibilité aux appareils dans les pharmacies ou à la maison, les tensiomètres, explique Dr George Honos, mais il y a encore des patients qui ignorent le diagnostic et qui manquent [l'occasion de recevoir] un traitement très important. »

Au fil des années, de plus en plus d’outils et de médicaments ont été développés pour traiter la haute tension, d’où l’importance du dépistage.

Comment prendre sa pression

La pression artérielle répond aux besoins du corps. Elle varie donc en fonction des activités effectuées ou de l'état de santé.

Il faut prendre notre pression quand on est tout à fait tranquille, quand on se sent complètement normal.

Dr George Honos, cardiologue

Il ne faut pas tenter de mesurer sa pression lorsqu’on est malade, par exemple, ou lorsqu’on est anxieux. « La première chose que je dis à mes patients, c’est de ranger sous clé le tensiomètre si l’on est anxieux, parce que ça va créer un cercle vicieux et le patient va aboutir à l’urgence, raconte Dr George Honos. Plus on est anxieux, plus on est nerveux, plus la pression va monter. »

Avant de prendre sa tension, il est ainsi recommandé d’être au repos de 5 à 10 minutes, par exemple.

C’est souvent le matin que c’est le plus élevé, donc je conseille à mes patients de la prendre le matin.

Dr George Honos, cardiologue

Le nombre à retenir : 135

Selon le cardiologue, le nombre à retenir est 135. Si la pression est constamment plus haute que cette valeur lorsqu’on fait un test en pharmacie, c’est peut-être un indice d’hypertension. Il est alors recommandé de consulter un médecin pour valider ce diagnostic.

Il y a aussi un nouvel outil pour les personnes hypertendues, le mapa. Cet appareil doit être porté sur soi 24 heures par jour. Il établit une moyenne de la tension de nuit comme de jour, ce qui permet un diagnostic plus précis.

Il y a aussi des cas où les gens sont stressés dans le cabinet d’un médecin, ce qui peut fausser les résultats, ou encore des gens qui ont une hypertension masquée, difficilement décelable.

Comment traiter l’hypertension artérielle

Il est possible de traiter ou de retarder l’apparition de l’hypertension sans médicaments, selon Dr George Honos :

  1. Suivre un régime pour atteindre son poids idéal;
  2. Diminuer son apport de sel quotidien;
  3. Faire de l’exercice physique sur une base régulière;
  4. Éviter les situations stressantes;
  5. Diminuer sa consommation d’alcool et éviter la consommation de tabac.

Cependant, très peu de gens sont capables de maintenir ce style de vie sur une longue période. Tout comme c'est le cas avec les médicaments, les bénéfices de ce type de traitement peuvent prendre de 12 à 18 mois avant de se concrétiser.

Il existe près d’une centaine de médicaments, à utiliser seuls ou en combinaison, qui permettent de faire baisser la pression. Il faudra par contre, avec son médecin, faire des essais et des erreurs pour trouver la bonne dose qui ne cause pas trop d’effets secondaires. Généralement, il s’agit de petites doses à prendre tous les matins.

La pression artérielle parfois mal évaluée

Chargement en cours