•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des prothèses mammaires en tricot pour les femmes ayant subi une mastectomie

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Des prothèses mammaires en tricot pour les femmes ayant subi une mastectomie

Audio fil du jeudi 14 février 2019
Un sein tricoté, deux épingles à tricoter du fil de coton sur une table.

Les « nichons tricotés » ont l’avantage d’être plus légers et de mieux respirer que les prothèses en silicone.

Photo : Facebook / Les Nichons Tricotés / Knitted Knockers

À la suite de l'ablation chirurgicale d'un sein, des femmes préfèrent parfois avoir recours à des prothèses... en tricot. Selon des Québécoises qui ont choisi cette option, les « nichons tricotés » ont l'avantage d'être plus légers et de mieux respirer que les prothèses en silicone. Le journaliste Philippe Marois est allé à la rencontre du seul groupe de bénévoles confectionnant gratuitement ces seins artificiels.

« Ma réaction, je l’ai eu la première fois que je me suis habillée correctement », raconte une femme qui préfère garder l’anonymat. Après avoir envisagé de « mettre des paires de bas pour combler [le vide créé par la mastectomie] », la femme entend parler du groupe Les nichons tricotés, qui tricote de façon bénévole des prothèses mammaires. La douceur du produit et sa légèreté l’ont rapidement convaincue d’embrasser cette option.

Offerts dans toutes les couleurs et dans toutes les tailles, ces seins artificiels sont tricotés avec du fil de coton hypoallergénique. Ils peuvent s’agencer avec des brassières ordinaires ou spécialisées, et certains modèles permettent également la baignade.

Une production récente au Québec

Originaires des États-Unis, les prothèses mammaires en tricot ont commencé à être confectionnées au Québec en 2016. C’est Com’Femmes, un organisme pour femmes de Brossard, qui assure la production et la distribution des seins artificiels du groupe Les nichons tricotés. Depuis un peu plus de 2 ans, 2400 bonnets ont été produits, ce qui représente l’équivalent de 10 000 heures de travail.

Nul besoin d’être une tricoteuse expérimentée pour se joindre à l’effort collectif. Chantale, une tricoteuse bénévole, n’avait pratiquement aucune expérience avant de commencer.

Je ne suis pas une experte [tricoteuse]. Juste dans les nichons!

Chantale, tricoteuse bénévole

Com’Femmes souhaite que d’autres clubs de tricoteuses se joignent à la production de ces prothèses dans les prochaines années. L’organisation a notamment procédé à la traduction des patrons de tricot américains afin de faciliter le travail des personnes qui désirent en fabriquer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin