Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 29 janvier 2019

L’haleine fétide des chiens et des chats, c’est mauvais signe

Publié le

Un homme a une moue de dégoût en tenant un petit chien au bout de ses bras.
« Si votre animal a toujours mauvaise haleine, on peut se douter qu’il a une maladie à l’intérieur de la gueule », explique le vétérinaire Jean Gauvin.   Photo : getty images/istockphoto / DmitryTkachev

« En général, la mauvaise haleine de votre animal est le reflet de sa santé bucco-dentaire », explique Jean Gauvin. Le vétérinaire se désole que trop peu de propriétaires prennent soin de l'hygiène dentaire de leur animal et recommande d'éviter à tout prix l'utilisation d'os à ronger.

« Brossez chaque jour les dents de votre animal de compagnie », suggère Jean Gauvin aux propriétaires de chats et de chiens. Le chroniqueur est consterné par une étude récente de l’Association des médecins vétérinaires du Québec qui révèle que 97 % des chiens et 99 % des chats ne bénéficient pas d’un brossage de dents quotidien.

Or, le brossage de dents est la principale façon d’éviter qu’un animal ne développe des maladies bucco-dentaires. Une haleine fétide est d’ailleurs bien souvent un symptôme indiquant la présence d’une maladie.

Si votre animal a toujours mauvaise haleine, on peut se douter qu’il a une maladie à l’intérieur de la gueule.

Jean Gauvin, vétérinaire

Le mythe des os à ronger

« Il n’y a rien qui remplace à 100 % le brossage de dents, mais il y a d’autres solutions », précise le vétérinaire. Si vous n’êtes pas en mesure d’assurer un brossage quotidien, les gâteries dentaires, les bâtonnets à mâchouiller en cuir et les diètes homologuées par le Veterinary Oral Health Council (VOHC) peuvent faire l’affaire.

Le recours aux os à ronger est dans tous les cas à proscrire. Leur solidité occasionne non seulement des fractures dentaires, mais l’ingestion d’éclisses d’os peut aussi entraîner des problèmes gastro-intestinaux sévères.

Jean Gauvin précise que les propriétaires négligents peuvent toujours se rattraper en faisant détartrer les dents de leur animal. Bien qu’ils soient chers, les détartrages sont quand même moins coûteux que les interventions chirurgicales et les soins pour des problèmes plus graves causés par une mauvaise santé buccale.

Chargement en cours