Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 28 janvier 2019

Apprivoiser la procrastination, cette voleuse de temps

Publié le

Une étudiante fatiguée entourée d'un ordinateur et d'une pile de cahiers.
La tendance à la procrastination serait en forte croissance depuis les quarante dernières années.   Photo : iStock / AntonioGuillem

« Tout le monde procrastine, mais tout le monde n'est pas procrastinateur au sens clinique du terme », explique Ryoa Chung, professeure de philosophie à l'Université de Montréal. Selon elle, la procrastination illustre la faiblesse de volonté, un problème reconnu dès l'Antiquité par Platon et Aristote. Pour vous réconcilier avec ce phénomène aux conséquences parfois graves, la philosophie propose des stratégies qui rendront votre procrastination... productive.

La tendance à remettre à plus tard serait en forte croissance depuis les quarante dernières années. « 27 % des gens s’identifiaient comme des procrastinateurs chroniques en 2007, contre seulement 5 % en 1978 », indique la professeure.

D’un point de vue philosophique, la procrastination constitue un cas exemplaire de comportement irrationnel. « Quand un individu sait qu’il devrait faire A, mais qu’il fait B, ça soulève la question des sources motivationnelles de la volonté », résume Ryoa Chung.

Habituellement associée à l’individu, la procrastination peut aussi être vue comme un phénomène collectif. Le peu d’actions entreprises relativement aux changements climatiques est ainsi examiné par des chercheurs sous l’angle de notre capacité à s’adonner à la « procrastination collective ».

Remettre au lendemain de façon constructive

« N’hésitez pas à consulter des spécialistes si vous souffrez de procrastination », conseille Ryoa Chung. La philosophe suggère également d’éviter de se culpabiliser et de fuir les idéaux de perfectionnisme.

Elle recommande la lecture de l’essai Structured Procrastination, publié en ligne par le professeur de philosophie de l’Université de Californie John Perry. Celui-ci est devenu célèbre grâce à ce texte où il donne de nombreux conseils pratico-pratiques, dont celui d’intercaler des tâches agréables avec des tâches désagréables.

Chargement en cours