Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 16 janvier 2019

Le myélite flasque aiguë, une maladie tragique qui s’attaque surtout aux enfants

Publié le

Une fillette est alitée dans un hôpital.
Les enfants sont particulièrement touchés par la MFA.   Photo : iStock

« Même si c'est rare, ça demeure évidemment quelque chose d'inquiétant », affirme le microbiologiste-infectiologue Jean Longtin au sujet de la myélite flasque aiguë (MFA), une maladie virale qui s'attaque principalement aux enfants et dont les médecins ignorent l'origine. Les symptômes, semblables à ceux de la poliomyélite, ressemblent aussi à ceux du rhume ou d'une infection respiratoire, mais ils peuvent dégénérer rapidement. « Le virus va migrer jusqu'au niveau du système nerveux et de la moelle épinière [...], et laisser l'enfant paralysé. » Au Canada, 75 cas ont été recensés en 2018.

Pour le moment, la MFA demeure un mystère. En effet, les médecins ne savent pas pourquoi cette maladie virale s’attaque surtout aux enfants.

« La majorité des cas arrivent chez les enfants de 5 ans et moins, mais [...] l’âge médian est environ de 9 ans, et on a eu des cas en haut de 21 ans. Donc, ce n’est pas uniquement les enfants, même si préférentiellement, ce sont eux qui sont atteints », explique Jean Longtin.

Si des enfants atteints finissent généralement par retrouver l'usage de leur corps, d’autres n’ont pas cette chance. « Malheureusement, certains enfants vont garder des séquelles de leur paralysie », souligne le microbiologiste-infectiologue.

Pour le moment, il n’existe aucun vaccin ou traitement pour lutter contre la MFA. « On fait juste attendre. On fait un traitement de support. On laisse l’infection passer », explique Jean Longtin.

Puisque la MFA est associée à la famille des entérovirus, qui inclut les virus de la poliomyélite, les autorités médicales demeurent sur le qui-vive au sujet de cette maladie virale.

On pourrait être face à une épidémie similaire [à la poliomyélite]. Pour l’instant, on n’est pas là du tout, mais comme le phénomène est émergent, on garde un œil attentif là-dessus pour être sûr d’y répondre en temps opportun.

Jean Longtin, microbiologiste-infectiologue

Chargement en cours