•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éclaireurs

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Audio fil du mardi 21 mai 2019

Rattrapage

  • L’autosuffisance alimentaire, c’est possible

    Il y a trois ans, Grégory Lemoyne et Rachel Fahlman ont décidé de quitter la région de Montréal pour s'établir à Saint-Zéphirin-de-Courval, près de Drummondville, où ils ont acheté une terre de 75 000 pieds carrés afin de parvenir à l'autosuffisance alimentaire. « L'espace n'est pas utilisé de façon maximale. L'objectif, c'est de produire juste assez pour nous et un peu pour l'entourage », explique Grégory Lemoyne. Trois ans après son arrivée en campagne, le couple explique au reporter Philippe Marois les raisons qui l'a poussé à choisir la voie de l'autosuffisance alimentaire.

  • Contre la mérule pleureuse, la prévention reste votre meilleure arme

    « La meilleure façon de lutter contre un tel champignon, c'est la prévention. Il faut vraiment inspecter les bâtiments sur une base régulière et éviter de négliger des réparations qui causent des infiltrations d'eau », explique Bruno Boulet, spécialiste en mycologie et en pathologie forestière, au sujet de la mérule pleureuse, qui s'attaque au bois des bâtiments. Puisque ce champignon se développe dans des endroits humides où la circulation d'air fait défaut, l'ingénieur forestier suggère aux propriétaires d'abaisser le taux d'humidité de leur résidence en deçà de 20 %, et de chauffer leurs pièces.

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin