Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 6 janvier 2019

Un nouveau filon pour le phosphore, qui se raréfie

Publié le

Une eau verdâtre sur laquelle flotte des algues bleutée.
L'invasion d'algues bleues dans les cours d'eau, comme ici au Danemark, est en grande partie causée par l'usage abondant de phosphore en agriculture.   Photo : Getty images/iStock / Jean Cliclac

Le phosphore est essentiel à l'agriculture. Or, les gisements qui fournissent cet élément précieux à l'humanité s'épuisent rapidement. Même s'il s'agit d'un des éléments les plus communs dans la croûte terrestre, les mines où le phosphore se concentre devraient en effet s'épuiser d'ici 100 à 300 ans, rapporte Dominic Frigon, professeur en génie de l'environnement à l'Université McGill, à Montréal.

La raréfaction prochaine du phosphore disponible sous cette forme causerait certainement une crise alimentaire mondiale, explique M. Frigon.

Paradoxalement, nous sommes aux prises avec un autre problème lié au phosphore. En effet, nous en rejetons dans notre urine tous les jours. Nos eaux usées, qui en contiennent donc une grande quantité, créent un surplus de phosphore dans les cours d’eau, ce qui est à l’origine des problèmes d’algues bleu-vert dans les lacs.

Le professeur Frigon, spécialiste du traitement biologique des eaux usées, travaille à mettre au point une solution. Il tente de sélectionner des bactéries capables de récupérer efficacement le phosphore des eaux usées, rendant ce dernier disponible pour une utilisation agricole.

Cela pourrait régler à la fois le problème d’approvisionnement qui se dessine à l’horizon et celui de la menace pour les écosystèmes aquatiques.

Une allumette allumée au bout d'une main.
La flamme d'une allumette s'allume grâce au phosphore. Photo : Radio-Canada/Alice Chiche

Chargement en cours