Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-France Bélanger
Audio fil du dimanche 23 décembre 2018

Les pères Noël de centres commerciaux sous la loupe

Publié le

Un enfant sourit au père Noël.
Un enfant est assis sur les genoux du père Noël.   Photo : iStock

Les visites d'enfants auprès du père Noël dans les centres commerciaux ont fait l'objet d'observations du statisticien new-yorkais John Trinkaus, qui y a décelé des phénomènes étonnants. Le professeur, mort en 2017, avait reçu en 2003 un Ig Nobel, prix qui célèbre les recherches improbables qui font rire et réfléchir, pour ses travaux sur le sujet, recherches qu'il a continuées par la suite.

Cette année-là, la première recherche de ce genre de John Trinkaus, qui était alors professeur émérite à la Zicklin School of Business, présentait une analyse des expressions de 300 enfants venus rencontrer le père Noël dans l'État de New York. Selon ses observations, sur les 300 enfants, un enfant était excité, deux étaient heureux et la grande majorité d'entre eux, soit 247 enfants (82 %), étaient indifférents, alors que 47 autres étaient plutôt hésitants, aucun n'était triste et trois seulement étaient terrifiés. Les 300 enfants avaient été observés dans deux grands centres commerciaux situés près de la ville de New York, puis 30 autres l'ont été dans un grand magasin du centre-ville de New York. Sur les 30 enfants, deux se montraient heureux, six étaient hésitants et 22 complètement indifférents. S'il y avait une différence entre les deux groupes, selon le professeur, c'est que les enfants du centre-ville de New York semblaient légèrement plus heureux que ceux de la banlieue.

Pour être bien sûr de son coup, et pour vaincre le scepticisme de certains, John Trinkaus a répété son échantillonnage et son analyse à plusieurs reprises. Le professeur reconnaissait toutefois les limites de sa recherche : l'expression du visage des enfants pouvait être attribuable à autre chose qu'à une rencontre avec le père Noël, il pouvait y avoir d'autres choses plus intéressantes pour les enfants ailleurs dans le centre commercial et les résultats de son étude n'étaient pas reproductibles.

Chargement en cours