Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 6 janvier 2019

Marie Curie et l'histoire du radium 

Publié le

Marie Curie tient une fiole dans ses mains.
Marie Curie est le seule personne à avoir reçu deux prix Nobel dans deux disciplines scientifiques, en physique en 1903 et en chimie en 1911.   Photo : Getty image/Stringer

C'est en 1896 que le physicien français Henri Becquerel découvre par hasard – en étudiant des sels d'uranium – l'existence de ce que Marie Curie appellera plus tard la radioactivité. Et c'est à partir de là que Marie Curie travaillera avec son mari, Pierre, et qu'elle cumulera les trouvailles, découvrant le radium et le polonium.

Poursuivant les travaux entrepris par Becquerel, Marie Curie soupçonne qu'autre chose que l'uranium émet de la radioactivité, un terme qu'elle a imaginé. Ces éléments jusqu'à ce moment-là inédits, ce sont le polonium et le radium, découverts en 1898. Une nouveauté attribuée à Marie Curie uniquement, son mari, Pierre Curie, refusant de signer la première note envoyée à l'Académie des sciences expliquant qu'il y a un élément inconnu... Ces travaux sur les radiations vaudront au couple le prix Nobel de physique en 1903, que se partageront d'un côté Henri Becquerel et le couple Curie de l'autre. Pierre Curie insistera pour que le nom de Marie y soit associé, ce qui fera d'elle la première femme nobélisée du domaine de la science.

Malgré la mort accidentelle et tragique de Pierre Curie, en 1906, Marie Curie poursuivra ses travaux. Elle recevra en 1911 le prix Nobel de chimie – seule, cette fois – pour ses recherches au sujet du radium et du polonium. À l'époque, le comité des prix Nobel dit lui remettre cette récompense « en reconnaissance des services pour l'avancement de la chimie par la découverte de nouveaux éléments : le radium et le polonium, par l'étude de leur nature et de leurs composés ».

Son visage sur un timbre
Un timbre français à l'effigie de Marie Curie Photo : iStock/fotomy

Chargement en cours