Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-France Bélanger
Audio fil du dimanche 16 décembre 2018

Le coyote en milieu urbain : Montréal ne fait pas exception

Publié le

Plan rapproché d'un coyote au pelage fauve.
Des citoyens ont signalé avoir aperçu des coyotes à la Ville de Montréal à plus de 250 reprises de juin 2017 à janvier 2018.   Photo : iStock

Montréal, qui vient de se doter d'un plan de gestion du coyote urbain, n'est pas la première ville nord-américaine à faire face à cette présence animale parfois déroutante. Mais l'expérience d'autres grandes villes du continent, de même que les travaux de chercheurs, ont permis d'en arriver à une conclusion simple : il faut savoir coexister avec le coyote.

Le coyote est en expansion depuis 150 ans dans le nord-est de l’Amérique du Nord, indique le chercheur Martin-Hugues St-Laurent, professeur en écologie animale à l'Université du Québec à Rimouski, qui a aidé Montréal à préparer son plan de gestion du coyote urbain. Selon le scientifique, cette croissance de la population des coyotes est attribuable à plusieurs facteurs, dont la quasi-éradication du loup gris et la transformation radicale des écosystèmes naturels de ces animaux. Le biologiste, comme d'autres experts, met de l'avant la coexistence entre coyotes et humains, car il est selon lui utopique de croire qu’on pourrait éliminer les coyotes du paysage.

Martin-Hugues St-Laurent donne l’exemple des coyotes présents autour du parc de la Gaspésie, où l'on tente, par le piégeage, de limiter leur population afin de protéger les troupeaux de caribous des sommets de la région. Or, selon le spécialiste, ces prélèvements de coyotes n’ont pas permis de contrôler la présence des canidés. Penser le faire à Montréal relève donc de l’impossible, croit le chercheur, vu l’abondance de verdure dans les pourtours de la région métropolitaine.

On ignore pour l'instant combien de coyotes se trouvent sur le territoire de Montréal. Il faut savoir qu'on ne peut pas faire d'inventaire aérien des coyotes, comme on le fait par exemple avec les caribous ou les cerfs de Virginie. De toute façon, pour les autorités de la métropole québécoise, il importe surtout que les citoyens s'habituent à la présence des coyotes, mais en s'assurant toutefois de ne pas les attirer avec les ordures et leurs animaux domestiques.

Une capture d'écran de l'animal, aperçu en train de marcher dans le quartier Saint-Michel, à Montréal.
L'animal a été aperçu en train de marcher dans le quartier Saint-Michel, à Montréal. Photo : Facebook/Everything Montreal

Chargement en cours