Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 30 décembre 2018

Mythe déboulonné : les cas de rhume et de grippe augmentent pendant les Fêtes

Publié le

Une femme portant une tuque et des gants rouges se mouche avec un mouchoir devant un sapin.
Le nombre de cas de grippe, par exemple, n'augmente pas pendant le temps des Fêtes. Au contraire, les données montrent qu'il tend plutôt à diminuer.   Photo : Getty images/iStock / Feverpitched

On a beaucoup dit que les Fêtes étaient l'occasion d'échanger des virus. Or, étonnamment, les données épidémiologiques montrent que les cas de rhume ou de grippe sont moins fréquents durant cette période. Un phénomène qui a intrigué les chercheurs, qui ont maintenant compris la cause de ce phénomène. Jean François Bouthillette s'est entretenu avec le Dr Gaston De Serres, de l'Institut national de santé publique du Québec.

Le temps des Fêtes, c'est la saison des réunions de famille, des poignées de main, des bisous, des embrassades, des jeux avec les enfants... Logiquement, le rhume et la grippe devraient circuler davantage.

Ce n'est pourtant pas le cas. Comme bien des épidémiologistes qui s'intéressent aux maladies contagieuses, le Dr Gaston De Serres, a été surpris de constater que le nombre de cas de grippe, par exemple, n'augmente pas pendant le temps des Fêtes. Au contraire, les données montrent qu'il tend plutôt à diminuer!

Mystère de Noël? Non. Une récente étude a mis au jour le mécanisme à l'œuvre. En fait, avec les vacances scolaires et la fermeture des garderies, les enfants, principaux vecteurs de ces virus, se côtoient moins entre eux, et tombent donc moins souvent malades. Ils côtoient cependant davantage les adultes, qui, eux, attrapent davantage la grippe ou le rhume.

Bref, en y regardant de près, on constate que les Fêtes représentent un répit de microbes pour les enfants, mais bel et bien une période à risque pour les adultes.

Le froid et les excès, ça joue?

Combien de fois a-t-on entendu un enrhumé affirmer qu'il était malade parce qu'il avait pris froid? Ou un parent demander à son enfant de mettre sa tuque pour ne pas « tomber malade »?

Bien sûr, ce sont des virus, et non le froid, qui causent des infections comme la grippe ou le rhume. Mais le froid nous rend-il plus susceptibles d'être malades?

Et les excès typiques de la saison, qu'il s'agisse d'alcool ou de courtes nuits de sommeil, peuvent-ils affaiblir notre système immunitaire?

D'après le Dr De Serres, il semble que ni le froid ni notre mode de vie durant les Fêtes ne jouent un rôle significatif sur notre immunité.

On a observé que l'hypothermie ou des épreuves physiques extrêmes, comme des ultramarathons, peuvent effectivement affaiblir le système immunitaire. Mais rien n'indique que le « marathon normal » des Fêtes, limité à quelques jours, puisse constituer un véritable facteur.

Chargement en cours