Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 24 juin 2018

Carnets d’un navigateur des canopées

Publié le

Le botaniste Francis Hallé et l'un de ses croquis exposés au Jardin botanique de Montréal
Le botaniste Francis Hallé et l'un de ses croquis exposés au Jardin botanique de Montréal   Photo : Crédit photo: Muséo/Jean-Pierre Duval. Croquis: Francis Hallé

Le Jardin botanique de Montréal présente, jusqu'à l'automne, des dessins du grand botaniste français Francis Hallé. Ces croquis, exposés dans les jardins en format géant, sont tirés des centaines de carnets qu'il a remplis au cours de ses expéditions autour du monde, depuis 60 ans.

Francis Hallé est connu pour avoir exploré les forêts tropicales à bord du « Radeau des cimes », un engin spécialement conçu pour se poser sur la canopée, à 50 mètres ou plus de hauteur.
Francis Hallé est connu pour avoir exploré les forêts tropicales à bord du « Radeau des cimes », un engin spécialement conçu pour se poser sur la canopée, à 50 mètres ou plus de hauteur.    Photo : Opération canopée

Jean François Bouthillette a parcouru avec Francis Hallé les allées du Jardin botanique. Le biologiste lui parle de son choix de medium, le dessin, idéal selon lui pour « s’adapter au temps des plantes ».

J’ai affaire à des structures très grandes, très complexes, en trois dimensions, avec un facteur temps aussi. Si je fais “clic”, un cinquantième de seconde ça ne suffit pas pour faire connaissance. (...) Il faut du temps. Chaque fois qu’on essaye [d’aborder] les arbres avec le temps de l’être humain, on va droit dans le mur. Ça ne marche pas. Le dessin, lui, a cette lenteur intrinsèque.

Francis Hallé, botaniste
Plus d’une cinquantaine d’oeuvres en format géant sont installées dans les jardins.
Plus d’une cinquantaine d’oeuvres en format géant sont installées dans les jardins.   Photo : Espace pour la vie / Mathieu Rivard

Francis Hallé raconte son émerveillement continu devant l’infinie beauté et la diversité de la vie au sommet des forêts primaires. « On marche sur des jardins de plantes et d’orchidées, dit-il, c’est magnifique! » Il raconte les oiseaux, les singes, les champignons, les grenouilles et les crabes qui vivent dans les hauteurs de ces grandes forêts vierges.

Le botaniste confie aussi son inquiétude devant le sort des grandes forêts primaires qui disparaissent, victimes d’une déforestation intense. Pour lui, notre avenir est dans les plantes.

L’exposition Francis Hallé: Carnets d’un botaniste est ouverte et durera jusqu’à l’automne.

Des ateliers de dessin et des animations pour découvrir toute la vie dont regorge la canopée complètent l’exposition au Jardin botanique.
Des ateliers de dessin et des animations pour découvrir toute la vie dont regorge la canopée complètent l’exposition au Jardin botanique.    Photo : Espace pour la vie / Mathieu Rivard

Chargement en cours