•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des geysers sur une lune de Jupiter

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Des geysers sur une lune de Jupiter

Audio fil du dimanche 20 mai 2018
Impression artistique de jets à la surface d'Europe

Europe est une des soixante lunes de Jupiter. D'abord identifiée par Galilée (1564-1642), elle est plus petite que notre Lune, mais contient beaucoup d'eau. Les chercheurs croient qu’il y a plus d’eau sur Europe que dans les océans de la Terre.

Photo : Nasa/Esa/K. Retherford/SWR

Le satellite de Jupiter nommé Europe crache des geysers d'eau, selon une nouvelle analyse des données recueillies par la sonde Galileo il y a 20 ans. Une découverte qui confirme cette lune comme destination idéale pour la recherche de vie extraterrestre.

Les recoupements de données en astronomie sont chose courante. Mais dans le cas qui nous occupe, un recoupement inattendu a donné lieu à une découverte au sujet d’Europe, publiée récemment dans la revue scientifique Nature Astronomy. Ce satellite de Jupiter émet des jets de vapeur... Des jets qu’on présume être de l’eau.

Une belle histoire de science
L’histoire commence lorsque des chercheurs attachés au projet Europa Clipper – une sonde de la NASA qui doit décoller en 2022 – ont examiné des images d’Europe prises par le télescope spatial Hubble. En regardant une image prise par le télescope de la NASA, ils ont remarqué quelque chose de particulier, soit une anomalie dans les données du champ magnétique d’Europe.

Margaret Kivelson, spécialiste de la physique de l’espace à l’Université de la Californie à Los Angeles (elle est aujourd’hui âgée de 90 ans!), raconte comment est survenue cette découverte : « Les images de Hubble, même si elles ne permettaient qu’une détection partielle de ces jets de vapeur, nous suggéraient tout de même qu’il y avait, au moins de façon intermittente, des jets d’eau au-dessus de la surface d’Europe. Mais au départ, je n’ai moi-même pas fait le lien. Puis, lors d’une réunion, il y a un an, une de nos collègues affirmait avoir vu, dans les données recueillies par Galileo en 1997, des jets de particules chargées, lors d’un survol de la sonde, près d’Europe. Et c’est à ce moment-là seulement que nous sommes retournés aux données de Galileo. Et là, on s’est rappelé qu’à l’époque, on avait eu du mal à interpréter ces jets. C’est comme ça que l’histoire a commencé. »



La grande question que tout le monde se pose : ces jets de vapeur sont-ils faits d’eau? Pour Margaret Kivelson, il peut subsister un doute, car « on ne peut être sûrs à 100 % qu’il s’agit là de jets d’eau, mais la croûte de glace qui couvre Europe, et qui a 100 km d’épaisseur, est surtout faite de glace d’eau ».

C’est pourquoi il serait étonnant que ce qui s’échappe de ce satellite ne soit pas de l’eau de type H2O. Mais alors, pourquoi ne pas avoir remarqué ces jets en 1997? Margaret Kivelson répond : « Il y a 20 ans, ce qu’on voyait apparaissait comme de légères variabilités dans nos mesures du champ magnétique d’Europe. Il faut dire que personne n’avait observé ailleurs que sur Terre des jets de vapeur de ce genre à l’époque. Ça ne nous est même pas venu à l’esprit que ça pouvait être possible. Mais maintenant, avec la découverte [par la sonde Cassini] de jets de vapeur sur Encelade [un des satellites de Saturne], on sait que c’est possible. »

​On pourra en savoir sans doute beaucoup plus dans quelques années, quand la sonde Europa Clipper de la NASA ainsi que la sonde JUICE (pour Jupiter Icy Moon Explorer) retourneront dans la région pour y faire des analyses et des expertises plus poussées.

Invités :
Margaret Kivelson, planétologue
Robert Lamontagne, astrophysicien

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi