•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Quel matériau absorbe le mieux?

Audio fil du dimanche 4 mars 2018
Un élève de 2e année teste la capacité d’absorption d’une éponge.

Un élève de 2e année teste la capacité d’absorption d’une éponge.

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Couche, tissu, éponge, papier, bois : quel matériau sera le plus efficace pour ramasser un dégât d'eau? Cela mérite bien une petite expérience scientifique! La journaliste Myriam Fimbry nous emmène cette fois à l'école primaire Lévis-Sauvé, dans l'arrondissement de Verdun. L'atelier, présenté dans le cadre du programme « Pour un Montréal scientifique », est animé par Julie Morin-Genest, étudiante en arts et sciences au Cégep de Saint-Laurent.

Deux élèves qui font l'expérience à leurs bureaux. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’initiative « Pour un Montréal scientifique » vise à stimuler l’intérêt des jeunes Montréalais pour les sciences.

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Au départ, cinq verres sont remplis avec la même quantité d’eau. Les élèves tiennent chaque matériau avec une pince et le plongent dans l’un des verres.

Une jeune élève qui fait une expérience scientifiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le bois ne semble pas absorber beaucoup d’eau…

Photo : Myriam Fimbry

Ils font ensuite une marque sur le verre avec un crayon noir pour indiquer la quantité d’eau absorbée. Ensuite, ils placent les verres en ordre décroissant, du plus haut niveau d’eau jusqu'au plus bas. Plus le niveau est bas, plus le matériau est absorbant.

Deux jeunes élèves assis à leurs bureaux. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des élèves de 2e année prêts à vérifier leurs hypothèses.

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

L’étudiante au Cégep de Saint-Laurent Julie Morin-Genest en profite pour expliquer le principe de porosité.

Si on regarde avec un microscope une éponge, il y a des petits trous. Si les petits trous sont assez nombreux, assez gros, l’eau va rentrer et rester prise dedans. Dans un papier brun, les trous sont plus petits, il y a moins d’eau qui peut rentrer dedans, donc ce n’est pas un bon absorbant.

Julie Morin-Genest, étudiante en arts et sciences au Cégep de Saint-Laurent
L’étudiante en arts et sciences au Cégep de Saint-Laurent Julie Morin-Genest guide les enfants, qui font leur expérience sur leurs bureaux. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’étudiante en art et science au cégep Saint-Laurent Julie Morin-Genest guide les enfants dans leur expérience.

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Et pour la petite histoire… Si les couches ont un pouvoir superabsorbant, c’est grâce à la poudre qu’elles contiennent, appelée polyacrylate de sodium. Cette substance peut absorber entre 200 et 300 fois sa masse.

Julie Morin-Genest explique un phénomène aux enfants. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Julie Morin-Genest offre un petit tour de magie sur le pouvoir super-absorbant de la poudre contenue dans les couches.

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi