Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 24 décembre 2017

Traverse pour animaux sur la route 175

Publié le

Un renard emprunte un passage faunique pour traverser une route.
Jochen Jaeger affirme que l’implantation de passages fauniques réduit la mortalité routière pour toutes les espèces de mammifères confondues.   Photo : Université Concordia

Pour réduire au minimum les rencontres entre animaux et véhicules, des scientifiques ont mis au point des techniques innovatrices dans la réserve faunique des Laurentides. La journaliste Chantal Srivastava nous fait visiter certains des passages fauniques situés sur la route 175 entre Québec et le Saguenay–Lac-Saint-Jean – de véritables autoroutes empruntées par la grande et la petite faune.

Quelques statistiques pour comprendre l’importance du phénomène (recueillies sur les routes des États-Unis) :

  • Toutes les 26 secondes, un animal est frappé par un véhicule;
  • On dénombre 200 morts et 26 000 blessés chez les humains par année à cause d’une collision avec un animal;
  • Au moins un million de bêtes meurent chaque année sur les routes.
Collage de deux photos : Martin Lafrance pointe un passage faunique; un orignal emprunte le passage.
La réfection de la route 175 dans la réserve faunique des Laurentides a permis l’aménagement de nombreux passages fauniques.   Photo : Radio-Canada; MTQ

Invités :
Martin Lafrance, biologiste au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec
Jochen Jaeger, géographe et professeur à l’Université Concordia
Marie-Josée Auclair, présidente de Corridor appalachien

Un renard traverse le passage avec son petit.
Certains animaux semblent enseigner à leurs petits comment utiliser les passages.   Photo : Université Concordia

Chargement en cours