•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le mystère de l’Afrique

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

COVID-19 : le mystère de l’Afrique

FILE PHOTO: A health worker checks a man's temperature during a door-to-door testing in an attempt to contain the coronavirus disease (COVID-19) outbreak, in Umlazi township near Durban, South Africa, April 4, 2020. REUTERS/Rogan Ward/File Photo - RC231G9W9G1U

Une travailleuse de la santé prend la température d'une personne dans un township proche de Durban, en Afrique du Sud.

Photo : Reuters / Rogan Ward

Le continent africain ne compte que 1,6 million des 42 millions de cas confirmés de COVID-19 dans le monde. Plusieurs hypothèses circulent pour expliquer ces faibles taux d'infection, mais les preuves scientifiques manquent pour les confirmer, nous dit Gino Harel.

On dénombre 714 000 cas de COVID-19 en Afrique du Sud. Or, la plupart des autres pays de l’Afrique subsaharienne enregistrent un nombre relativement bas d’infections confirmées par rapport aux taux rapportés ailleurs dans le monde.

Des chercheurs de divers pays africains mènent de nombreuses études pour tenter de cerner l’étendue réelle de la pandémie de COVID-19 en Afrique. Plusieurs de ces recherches s’intéressent au taux de séroprévalence. Ces études cherchent à découvrir le pourcentage de gens chez qui l’on détecte des anticorps et qui, donc, auraient déjà été exposés au virus sans pour autant développer la maladie.

Ces analyses pourraient aussi permettre de localiser des gens qui auraient pu être asymptomatiques à la COVID-19. Selon les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Afrique, les taux de personnes asymptomatiques atteignent les 80 % dans certains pays du continent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi