•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Les données sur l’efficacité du masque s’accumulent

Une jeune femme porte un masque alors qu'elle fait son épicerie.

Le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés est une politique de plus en plus répandue au Canada.

Photo : iStock / Drazen Zigic

Qu'ils prennent la forme de masques médicaux jetables ou de masques réutilisables en tissu, les couvre-visages s'avèrent un moyen de plus en plus répandu pour freiner la pandémie de COVID-19. Gino Harel fait le point sur ce que la science nous apprend au sujet de leur efficacité.

Le Nouveau-Brunswick est devenu cette semaine la dernière province canadienne à rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics fermés. Le Québec avait imposé la même obligation le 18 juillet dernier. En Ontario, des bureaux de santé publique locaux, à Toronto et à Ottawa par exemple, avaient pris cette mesure dès le début du mois de juillet.

Des chercheurs de l’Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, ont documenté les effets de ces politiques publiques sur la croissance du nombre de nouvelles infections de COVID-19. Leurs travaux ont notamment permis de déterminer qu’en Ontario, le port obligatoire du masque a entraîné une baisse hebdomadaire moyenne de 25 % des nouveaux cas durant les premières semaines suivant l’adoption de ces mesures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi