•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix Nobel de médecine pour la découverte du virus de l’hépatite C

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Le prix Nobel de médecine pour la découverte du virus de l’hépatite C

Les photos des trois hommes sont présentées sur un écran lors de l'annonce du prix.

Les lauréats du prix Nobel de médecine 2020 sont Harvey Alter, Michael Houghton et Charles Rice.

Photo : afp via getty images / Jonathan Nackstrand

Le prix Nobel de médecine 2020 a été décerné conjointement à trois chercheurs pour leur rôle dans la découverte du virus de l'hépatite C. Harvey Alter, Michael Houghton et Charles Rice se partagent les honneurs pour avoir chacun contribué à l'avancée des connaissances qui a ouvert la voie au développement de traitements pour cette maladie. Alexandre Touchette nous présente les trois lauréats.

L'aîné des trois est Harvey Alter, un virologue américain qui travaille encore à 85 ans aux National Institutes of Health, au Maryland. Ses travaux ont démontré, au milieu des années 1970, que la plupart des cas d'hépatite associés à des transfusions sanguines n'étaient pas liés au virus de l'hépatite A ou à celui de l’hépatite B. Il a confirmé l'existence d'un agent infectieux inconnu qui pouvait être transmis à des chimpanzés par une transfusion de sang humain contaminé.

Ces travaux ont ouvert la voie à ceux du virologue d'origine britannique Michael Houghton qui travaillait dans les années 1970 et 1980 dans les laboratoires de Chiron, une entreprise pharmaceutique basée en Californie. En 1989, il réussissait avec ses collègues à identifier le virus de l’hépatite C en analysant des millions de fragments d'ADN qu'il avait récolté chez des chimpanzés infectés par le virus, un travail titanesque qui a demandé près de sept années d'efforts.

L'identification du nouveau virus était un moment décisif dans la recherche, mais un doute restait à savoir s'il pouvait à lui seul causer une hépatite. C’est l'équipe de Charles Rice à l'Université Washington de Saint Louis qui a finalement réussi à le démontrer en développant par génie génétique une variante du virus humain de l'hépatite C. Ce clone du virus a été injecté dans le foie de chimpanzés qui ont ensuite développé les mêmes symptômes que les humains atteints de la forme chronique de la maladie. C'était la dernière étape pour confirmer que l'hépatite C était bel et bien la cause des cas inexpliqués d'hépatites liés aux transfusions sanguines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi