•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Des initiatives pour protéger la sterne : Reportage d'Alexandre Touchette

Poussin de sterne pierregarin dans son nid minimaliste juste après son éclosion

Poussin de sterne pierregarin qui vient d'éclore sur la colonie de l'îlot Mud Pie à Montréal

Photo : Radio-Canada / Alexandre Touchette

Ses cris stridents sont associés aux vacances à la mer et son vol gracieux lui a valu le surnom d'« hirondelle de mer ». La sterne pierregarin est un oiseau de rivage qui n'est pas officiellement menacé, mais qui a tout de même de plus en plus de difficulté à trouver des habitats adéquats pour se reproduire. Alexandre Touchette nous présente cette semaine deux projets liés à la préservation de l'habitat de cet oiseau côtier.

Les sternes pierregarin viennent se reproduire en Amérique du Nord l’été, après avoir passé l’hiver dans le golfe du Mexique et sur les côtes de l’Amérique centrale. Elles nichent en colonie et ont besoin d’îlots rocheux dénués de végétation pour se mettre à l'abri de leurs prédateurs. Il ne reste que quelques sites adéquats dans la région de Montréal, dont l'îlot Mud Pie, situé juste au sud de l’île des Sœurs, dans le fleuve Saint-Laurent.

Depuis une vingtaine d’années, les biologistes de l’organisme Héritage Laurentien installent, au début de l'été, un dispositif fait de cordes et de rubans de couleur pour empêcher les goélands de nicher sur l’îlot Mud Pie. Lorsque les sternes arrivent de leur migration, une partie des cordes sont enlevées, et des visites sont effectuées chaque semaine pour éliminer les nids de goélands. Sans cette intervention, les oisillons goélands qui naissent plus tôt et sont plus gros goberaient les bébés sternes dès leur éclosion.

Dans le lac Ontario, un autre projet semblable est mené sur le Leslie Street Spit, une pointe de terre qui a été aménagée à partir des années 1960 pour servir de brise-lames au port de Toronto. Les gestionnaires du parc Tommy Thompson ont créé des radeaux de bois recouverts de gravier pour compenser la perte d’habitat des sternes. Les structures flottantes ont été adoptées par ces oiseaux, qui y établissent des colonies chaque année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi