•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La science pour contrer la fraude et la contrefaçon de grands crus

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

La science pour contrer la fraude et la contrefaçon de grands crus

Un verre de vin rouge.

L’origine de certains vins du Bordelais remonte au début des années 1700.

Photo : iStock

Comme les toiles des grands maîtres, les grands crus, dans le domaine du vin, sont devenus une forme de placement pour les investisseurs multimillionnaires. Les collectionneurs peuvent débourser des dizaines de milliers de dollars pour les bouteilles les plus rares, et les ventes mondiales de ces vins d'exception atteignent les 400 millions de dollars par an. D'un côté, des faussaires peu scrupuleux tentent de duper les acheteurs, mais de l'autre, des scientifiques ont mis au point des outils perfectionnés qui laissent peu de chances aux fraudeurs. Alexandre Touchette s'est intéressé cette semaine aux laboratoires qui luttent contre la contrefaçon des vins et spiritueux.

L'analyse des bouteilles suspectes commence par l'expertise de l'étiquette. Des fautes d'orthographe ou un mauvais cépage associé à un certain domaine suffisent parfois à détecter une supercherie. Les scientifiques peuvent pousser plus loin en analysant la composition chimique des pigments de l'encre de l'étiquette pour s'assurer de son authenticité.

Les spécialistes peuvent aussi mesurer la radioactivité ultrafaible émise par le vin, et si la signature du césium 137 est détectée, il est possible de déterminer que la bouteille date d'après le début de l'ère atomique. Par ailleurs, étant donné que la date de mise en marché de chacun des pesticides de synthèse est connue, la détection de traces de pesticides dans un vin peut aussi donner des indices sur l'âge de ce dernier.

Chaque année en France, 400 échantillons de raisin sont prélevés sur l'ensemble des territoires viticoles pour créer une base de données de référence. Les isotopes présents dans ces vins produits en laboratoire peuvent ensuite être comparés aux vins suspects pour déterminer leur authenticité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi