•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La biobanque de la COVID-19 va bon train

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

La biobanque de la COVID-19 va bon train

Une dame avec le longs cheveux attachés, protégée d'une visière et de vêtements de protection, manipule des échantillons biologiques dans un laboratoire.

Une chercheuse est à l'oeuvre dans un des laboratoires du CHUM qui servira au développement de la Biobanque québécoise de COVID.

Photo : CHUM

Regroupant déjà une douzaine de centres hospitaliers et ayant recruté plus de 1000 patients, la Biobanque québécoise de la COVID-19 progresse rapidement. Gino Harel fait le point sur ce vaste projet de recherche, lancé il y a quelques semaines à peine.

Les responsables de la Biobanque ont déjà obtenu le financement en vue d'obtenir les données et les échantillons sanguins de 1500 personnes pour qui la maladie aura nécessité une hospitalisation.

À terme, si d’autres sources de financement se confirment, la Biobanque québécoise de la COVID-19 pourrait éventuellement permettre de suivre l’évolution de l’état de santé de près 15 000 personnes qui ont été infectées par le coronavirus, qu’elles aient été hospitalisées ou pas.

En plus de pouvoir mener des analyses génétiques, la Biobanque se servira de ces informations pour vérifier la présence d’anticorps au fil des mois et établir le portrait du génome du virus lui-même.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi