•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le paradoxe thermique de la couronne du Soleil

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Le paradoxe thermique de la couronne du Soleil

Illustration artistique de la sonde Parker devant le Soleil.

Illustration artistique de la sonde Parker devant le Soleil.

Photo : NASA

Comment expliquer le phénomène qui mène au réchauffement de l'atmosphère du Soleil, de sa surface jusqu'à sa couronne éloignée? Des scientifiques ont publié de nouvelles hypothèses cette semaine, et Gino Harel en a pris connaissance.

Dans la photosphère, qui correspond à la surface du Soleil, les températures peuvent atteindre près de 6000 degrés Kelvin. Quand on s’éloigne du centre de l’étoile, les températures grimpent à une vitesse vertigineuse pour atteindre plus d’un million de degrés, une fois aux limites de la couronne solaire.

La National Aeronautics and Space Administration (NASA) annonçait cette semaine les premières observations des experts qui mènent des travaux à l’aide de la sonde Parker, lancée vers le Soleil en 2018. Cette mission vise notamment à mieux comprendre les phénomènes qui se produisent dans la couronne du Soleil.

Pendant ce temps, un autre groupe de chercheurs européens et américains publiait une étude dans la revue Nature Astronomy. Selon ces scientifiques, la chaleur amplifiée de la couronne proviendrait d’une zone de l’atmosphère du Soleil située entre la photosphère et la chromosphère, qui servirait de cavité de résonance aux ondes magnétiques. Ces ondes gagneraient ainsi en énergie avant d’atteindre la partie externe de l’atmosphère solaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi