•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suspendus par le froid entre la vie et la mort

Les années lumière

Avec Marie-France Bélanger

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Suspendus par le froid entre la vie et la mort

Des médecins procèdent à une chirurgie.

Aux États-Unis, un patient a été placé en état temporaire de mort apparente pour la première fois

Photo : iStock

Des médecins américains plongent des patients grièvement blessés dans une hypothermie si profonde que leur mort imminente est suspendue par le froid. Le temps, espèrent-ils, de réussir la chirurgie qui pourra les sauver.

Cette technique vient d’être testée pour la première fois sur des humains, dans un grand centre de traumatologie situé à Baltimore, aux États-Unis.

Les chercheurs comptent tenter l’opération sur 10 patients au cours des prochains mois, puis publier leurs résultats l’an prochain.

Ces essais cliniques intriguent et attirent l'attention.

Gagner la course qu’on perd presque toujours

La traumatologie est une course contre la montre. Dans certains cas, c’est une course qu’on ne gagne que très rarement.

Les patients visés ici sont de ceux qu’on ne sauve pas souvent. Blessés par balle ou à l’arme blanche, ils perdent rapidement beaucoup de sang.

Lorsque leur cœur flanche, leurs organes, privés de sang, subissent le plus souvent des dommages irréversibles. On n’arrive à les sauver qu’une fois sur 10 avec les techniques reconnues.

Figer la mort

Pour améliorer leurs chances de survivre, les chercheurs s’en remettent au froid.

Si les manœuvres habituelles échouent, ils injectent le plus vite possible un grand volume d’eau salée très froide directement dans l’aorte du patient.

En réduisant ainsi sa température corporelle à moins de 15 degrés Celsius, ils ralentissent le métabolisme. Suffisamment, espèrent-ils, pour protéger les organes de cette personne des dégâts causés par le manque de sang et d’oxygène.

Les chercheurs pensent pouvoir gagner une, voire deux ou trois heures, pour réparer les blessures avant de redonner du sang au patient et de le ramener à la vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi