Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 20 octobre 2019

Un magnétomètre quantique de Sherbrooke jusqu’en orbite

Publié le

Un circuit imprimé de 10 centimètres sur 10 centimètres laisse paraître de multiples points de connexion électroniques miniatures.
Prototype du magnétomètre quantique à diamant qui doit être déployé dans l'espace grâce à un minisatellite, en 2021, dans le cadre de la mission QMSat.   Photo : Radio-Canada / Gino Harel

Pendant trois ans, environ 150 étudiants en génie de l'Université de Sherbrooke se seront relayés dans un projet commun qui connaîtra son aboutissement en 2021. C'est alors qu'un tout petit satellite entreprendra sa grande aventure vers l'espace. Gino Harel nous explique cette mission, baptisée QMSat.

Le projet fait partie de l’Initiative canadienne CubeSats, de l’Agence spatiale canadienne. L’Université de Sherbrooke fait partie de la quinzaine d’établissements d’enseignement postsecondaire d’un peu partout au pays à recevoir un financement de l’agence pour mettre au point des minisatellites qui seront déployés en orbite autour de la Terre à partir de la Station spatiale internationale.

Une demi-douzaine d'étudiants universitaires sont en discussion autour d'une table circulaire. Un de leurs professeurs, portant une barbe, encadre la réunion.
Quelques étudiants de l'Université de Sherbrooke qui participent à la mise au point du minisatellite discutent des progrès du projet QMSat en présence du professeur de génie mécanique Julien Sylvestre. Photo : Radio-Canada/Gino Harel

Le satellite miniature des étudiants de Sherbrooke transportera un magnétomètre quantique à diamant. Il sera utilisé pour mesurer le champ magnétique terrestre. Seulement cette année, une cinquantaine de finissants, notamment en génie mécanique, électrique et informatique, participent aux travaux de développement technologique de QMSat.

Chargement en cours