•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des silos à grains 2.0

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Des silos à grains 2.0

Audio fil du dimanche 6 octobre 2019
Un homme grisonnant pose en plein soleil devant deux silos à grains.

L'agronome Nicolas St-Pierre, enseignant-chercheur au Collège Alma, a étudié le séchage de l'orge brassicole à l'air ambiant ces dernières années. Ses expériences portent cette année sur le blé.

Photo : Radio-Canada / Gino Harel

Des chercheurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean enregistrent les mesures de température et d'humidité des grains à l'intérieur de deux silos d'une ferme expérimentale à Alma. Comme l'explique Gino Harel, leur but est de développer une technologie qui permettrait de contrôler automatiquement le débit d'air qui sert au séchage des grains, pour en optimiser la qualité.

Des cultivateurs de céréales (comme l’orge et le blé) font sécher leurs grains au moyen d’une ventilation continue, souvent sans tenir compte des conditions de l’air qui entre dans leurs silos. D’autres préfèrent utiliser des appareils commerciaux qui permettent d’assécher leurs récoltes à haute température.

À la ferme expérimentale du Collège d’Alma, qui sert également de lieu d'enseignement pour les étudiants en technologies agricoles, des chercheurs tentent de mettre au point un système de ventilation et de séchage à l’air ambiant, dont les commandes pourraient éventuellement être automatisées.

Pour la réalisation du projet, des experts du Collège d’Alma et des spécialistes du Centre de production automatisée (CPA) du Cégep de Jonquière ont uni leurs efforts.

Dans un silo vide en acier, de petits boîtiers électriques sont installés sur trois tuyaux. La lumière du soleil laisse percevoir que la porte du silo est ouverte.

Trois tuyaux portent une vingtaine de boîtiers qui servent à capter les données de température et d'humidité des grains qui sont entreposés dans le silo.

Photo : Radio-Canada / Gino Harel

Le CPA du Cégep de Jonquière a conçu un système de capteurs qui sont installés le long de trois tuyaux étroits qui s’élèvent à l’intérieur de chaque silo. Ces petits boîtiers vont permettre de relayer les mesures de température et d’humidité des grains qui y seront entreposés, qu’ils se trouvent au bas, au milieu ou même tout en haut du silo. Deux ventilateurs et un déshumidificateur font aussi partie de l’équipement pour l’expérience.

Un homme grisonnant et un plus jeune homme manipulent des fils dans un panneau électronique installé sur la paroi extérieure d'un silo à grains en acier.

L'agronome Nicolas St-Pierre, du Collège d'Alma, et l'ingénieur informatique débutant Mikaël Brassard, du CPA du Cégep de Jonquière, vérifient un panneau de prélèvement de données installé sur un silo à grains.

Photo : Radio-Canada / Gino Harel

Les informations récoltées par les capteurs seront transmises à un panneau central situé à l’extérieur des silos. Elles seront ensuite analysées dans le but de développer un algorithme dont la tâche serait d’automatiser toutes les opérations ayant trait à l’entrée d’air dans le silo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi