•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Sonder les grands fonds

Audio fil du dimanche 25 août 2019
Le professeur Maxime Geoffroy et l'un de ses étudiants, analysant leurs données.

Maxime Geoffroy étudie la faune marine à l'aide d'échosondeurs.

Photo : Radio-Canada / Jean François Bouthillette

Les dernières technologies de détection sous-marine, les échosondeurs à large bande, promettent de révolutionner l'écologie marine. Rien de moins.

Ces appareils sont d’une précision telle qu’ils peuvent permettre de distinguer la signature acoustique propre à chaque espèce de poisson, de crustacé ou de zooplancton.

Là où les sonars ordinaires ne voyaient que la présence de poissons, ces appareils peuvent permettre d'identifier les espèces.

Le chercheur Maxime Geoffroy, spécialiste de la bioacoustique au Marine Institute de l’Université Memorial, à Saint-Jean (Terre-Neuve-et-Labrador), explore les possibilités de ces appareils pour l’étude des écosystèmes marins.

Dans la baie de la Conception, à Terre-Neuve-et-Labrador, il travaille à constituer un catalogue des signatures acoustiques des espèces de l’Atlantique Nord.

Quand cet outil sera prêt, il permettra à des chercheurs comme lui de mieux comprendre l’effet des changements climatiques et du réchauffement des océans sur les écosystèmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi