•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La science à l'opéra

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

La science à l'opéra

Audio fil du dimanche 14 avril 2019
Julianne Chenier regarde un opéra dans un fauteuil D-BOX.

Julianne Chenier participe à l'étude.

Photo : David Brieugne

L'Opéra de Montréal profite de la présentation de Carmen, de Bizet, pour comparer l'expérience des spectateurs selon qu'ils assistent à la représentation d'un opéra en salle ou sur grand écran. Visite de laboratoire en compagnie de Chantal Srivastava.

C’est un tour de force logistique pour les scientifiques du Tech3Lab, à HEC Montréal, qui font appel aux outils des neurosciences pour mesurer les émotions des spectateurs.

Un premier volet de l’expérience se déroule en laboratoire alors que les participants regardent sur grand écran une captation de l’opéra Carmen. Ils sont coiffés de casques dotés d’électrodes afin de mesurer leur activité cérébrale.

Un chercheur regarde sur son écran les résultats de son expérience. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

1

Photo : Radio-Canada / Chantal Srivastava

L’expérience met à contribution l'entreprise D-Box, qui conçoit des systèmes de mouvements intégrés pour les fauteuils de cinéma. L’opéra a été encodé de sorte que les fauteuils peuvent parfois bouger et vibrer au rythme de la musique.

En mai, l’expérience se transportera à la Place des Arts durant la présentation de l’opéra Carmen. Au fond de la salle, des spectateurs seront coiffés d’un casque à électrodes afin de mesurer leur activité cérébrale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi