Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 7 avril 2019

Le flair canin pour anticiper les crises d’épilepsie

Publié le

La propriétaire de Medical Mutts Jennifer Cattet et Mika.
La propriétaire de Medical Mutts Jennifer Cattet et Mika.   Photo : Medical Mutts

C'est maintenant prouvé scientifiquement : l'épilepsie a une odeur particulière, et les chiens peuvent la détecter – même avant qu'une crise ne survienne.

On entraîne des chiens à assister au quotidien des personnes qui souffrent d’épilepsie. En plus du rôle de protection et de recherche de secours qu’on leur confie depuis longtemps, certains ont appris à flairer à l’avance une crise qui se prépare.

Cela dit, cette pratique se répandait sans qu’on ait de bases scientifiques solides.

Des chercheurs spécialistes du comportement animal à l’Université de Rennes, en France, viennent d’établir que l’épilepsie a une signature olfactive particulière, que des chiens entraînés peuvent reconnaître.

Les scientifiques ont prélevé des échantillons de sueur chez cinq Françaises souffrant d’épilepsie. Ces jeunes filles, âgées de 11 à 17 ans, ont frotté leurs mains, leur front et leur nuque sur un coton dans diverses circonstances : au repos ou après un exercice physique, par exemple. On a aussi recueilli des gouttes de leur sueur pendant une crise.

Les échantillons ont été envoyés en Indiana, aux États-Unis, à cinq chiens entraînés à aider des personnes épileptiques en Indiana. Mis devant tous les échantillons de sueur d’une même jeune fille, les chiens ont reconnu presque immanquablement celui qui était associé à la crise.

Les chercheurs espèrent qu’on pourra désormais identifier les composés chimiques à l’origine de cette odeur particulière. Cela permettrait de mieux comprendre la maladie, peut-être, et de mesurer non seulement combien de temps à l’avance le mécanisme de la crise s’enclenche, mais aussi à partir de quand un chien peut détecter la crise.

Chargement en cours