Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 17 février 2019

Le carbone a bousculé le métabolisme des arbres

Publié le

Claudie Gigère-Croteau
Les chercheurs ont prélevé des carottes dans le tronc des arbres pour en étudier la composition isotopique.   Photo : Courtoisie Étienne Boucher

L'analyse de cèdres pluricentenaires montre que l'explosion des taux de carbone dans l'atmosphère, depuis la révolution industrielle, a transformé la façon dont les arbres de la forêt boréale poussent, se nourrissent et respirent.

Deux personnes dans la forêt
L'étude portrait sur la réponse des plus vieux arbres boréaux d’Amérique du Nord, les thuyas d'Abitibi-Témiscamingue, à l'ère industrielle.   Photo : Courtoisie Étienne Boucher

C’est ce qu’ont découvert des chercheurs en étudiant les entrailles des cèdres blancs des îlots du lac Duparquet, en Abitibi-Témiscamingue. À 500, 800, voire plus de 1000 ans, il s’agit des plus vieux arbres vivants de la forêt boréale.

Pour les scientifiques, ces vénérables troncs sont autant de capsules à voyager dans le temps. Chacun de leurs cernes de croissance raconte les conditions dans lesquelles se trouvait l’arbre pendant une année de sa vie.

L’étude de ces cernes et l’analyse des isotopes d’oxygène et de carbone qu’ils contiennent ont montré que le métabolisme des arbres s’est transformé radicalement depuis le début de l’ère industrielle, vers 1850.

La découverte de la biologiste Claudie Giguère-Croteau et du professeur Étienne Boucher, du Département de géographie de l’Université du Québec à Montréal, et de leurs collègues a été publiée dans la prestigieuse PNAS, la revue scientifique de l’académie nationale des sciences des États-Unis.

Ces scientifiques ont constaté que la hausse des concentrations en CO2 dans l'atmosphère a transformé jusqu'au métabolisme des arbres, perturbant non seulement leur croissance, mais aussi le cycle de la pluie.

Étienne Boucher et son équipe sont allés trouver des indices des climats anciens dans les arbres millénaires conservés au fond de lacs de la Haute-Manicouagan.

Réécoutez le reportage de Jean François Bouthillette, qui les a accompagnés sur le terrain!

Chargement en cours