•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Lire les grimaces des chats

Audio fil du dimanche 27 janvier 2019
Paulo Steagall, professeur à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et Marina Cayetano Evangelista, étudiante au doctorat.

En filmant des dizaines de chats souffrants, des spécialistes québécois en anesthésie ont mis au point un système qui permet de quantifier la douleur des chats.

Photo : Radio-Canada / Jean François Bouthillette

Les vétérinaires ont beaucoup de mal à mesurer la douleur des félins. Pour les aider à mieux soulager les animaux malades ou blessés, des spécialistes québécois en anesthésie ont mis au point une échelle de la douleur basée sur les grimaces du chat.

Les félins sont beaucoup moins démonstratifs que les chiens, par exemple, dans l’expression de leur souffrance. Il est difficile, donc, pour les soignants, d’adapter les doses d’analgésiques de leurs patients poilus.

Une équipe de chercheurs de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal s’est attaquée au problème.

En filmant des dizaines de chats souffrants, puis en faisant l’analyse de l’intensité des manifestations physiques de cette douleur, ils ont pu mettre au point un système de quantification efficace.

Position des oreilles et des moustaches, tension autour du museau et dans le cou, fermeture des yeux : une grille permet de lire, dans certains signes qui ne trompent pas, le niveau d’inconfort du félin.

Jean François Bouthillette est allé rencontrer le professeur Paulo Steagall, de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, et Marina Cayetano Evangelista, étudiante au doctorat, pour qu’ils expliquent leur démarche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi