Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 13 janvier 2019

Des enzymes pour lutter contre la moisissure rose du maïs

Publié le

Un épi de maïs sur un plan dans un champ.
Un maïs en santé dans un champ.   Photo : Getty Images / iStock / Kurmyshov

En Ontario, les fermiers ont vu une grande partie de leurs champs de maïs contaminés par une moisissure qui se révèle dangereuse pour la consommation, même du côté de certains animaux de ferme. Des chercheurs espèrent découvrir de nouvelles enzymes capables de détecter ces toxines et, même, de les éliminer. Chantal Srivastava est allé à la rencontre de ces scientifiques dans leur laboratoire.

Il se tient debout, les bras dans le dos, devant un comptoir où sont déposés des outils scientifiques et un sac de maïs.
Julien Renaud dans son laboratoire de London, où il étudie la contamination du maïs par les mycotoxines. Photo : Radio-Canada/Étienne Côté-Paluck

Des niveaux records de désoxynivalénol (ou DON) ont été repertoriés en 2018 dans les champs de maïs ontariens. Cette moisissure est aussi appelé la vomitoxine, ou moisissure rose. Les pertes économiques sont énormes, car les grains contaminés doivent se vendre à un prix extrêmement réduit. Dans les laboratoires d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, à London, Justin Renaud et ses collègues cherchent de nouvelles enzymes capables de neutraliser des toxines dès qu'elles sont détectées dans les récoltes.

Un gros plan d'un épis de maïs.
Les vomitoxines forment une mousse rousse sur les grains de maïs des épis. Photo : Radio-Canada/Dale Molnar

Chargement en cours