Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 16 décembre 2018

Éthique : que faire si on trouve de la vie sur Mars?

Publié le

Un « autoportrait » du robot Curiosity, de la NASA, en direct de la planète Mars.
Le robot Curiosity prend un « autoportrait » dans le cadre de sa mission d'exploration de la planète Rouge. Mars demeure une candidate pour des traces de vie extraterrestre, voire pour une colonisation humaine.   Photo : Reuters / NASA

Dans l'éventualité où l'on découvre de la vie sur Mars, probablement sous forme microscopique, devrait-on alors quitter cette planète pour ne pas la contaminer, ou poursuivre la conquête pour mieux la comprendre? C'est l'un des enjeux majeurs dont débattent actuellement les scientifiques, dit la géologue franco-américaine Nathalie Cabrol. Cette dernière explique aussi comment des scientifiques se préparent sur Terre à repérer des signes de vie sur Mars.

Ainsi donc, si on trouvait quelconque signe de vie sur la planète rouge, faudrait-il quitter l'endroit afin de ne pas l’altérer?

« Ça fait partie de la conversation, mais ça ne veut pas dire que c’est ce qu’on va faire, rapporte l’astrobiologiste de renommée internationale. Et malheureusement, je dirais que l’histoire de l’exploration sur Terre montre que l’exploration n’est jamais véritablement en faveur du petit gars [le plus faible]. [Rires] »

La présence humaine sur Mars suppose en effet des risques de contaminer la potentielle vie sur cette planète. La possibilité de ramener des échantillons qui contamineraient la vie sur Terre est, à l’inverse, extrêmement réduite, selon Nathalie Cabrol, puisque de nombreuses mesures sont prises pour décontaminer tous les instruments utilisés. « Ensuite, même s’il s’agit de virus ou de choses comme ça, il y a une coévolution qui se fait entre les virus et les porteurs. C’est une coévolution qui, pour nous, est de quatre milliards d’années, et même si on [était] cousin avec la vie sur Mars, il y a des coévolutions qui sont séparées dans le temps et dans l’espace. »

Ce débat anime les cercles scientifiques, des questions philosophiques qui ne se retrouvent « pas seulement dans les livres de science-fiction ».

La signature de la vie

Partout, la vie a une signature particulière. On le voit avec la vie terrestre dans des milieux arides, explique Nathalie Cabrol, qui s'adonne elle-même à la plongée en situation extrême.

« Comme on n’a pas encore véritablement fait d’exploration humaine pour des planètes aussi proches que Mars, [...] la meilleure chose que l’on puisse offrir aux chercheurs, c’est l’analogie. »

Les scientifiques tentent en effet de comprendre quels environnements sont favorables à la vie en cherchant sur Terre des situations analogues aux environnements planétaires que l’on veut explorer.

« C’est ce qu’on fait, par exemple, lorsque je fais de la plongée aux sommets des volcans, dans les Andes, indique la géologue. C’est pour aller dans des environnements où [...] l’atmosphère est très raréfiée, où il y a beaucoup d’ultraviolets. [...] Et pourtant, il y a toujours de la vie, des microorganismes. »

Lors de ses aventures dans des zones arides, elle tente ainsi de comprendre comment ces organismes s’adaptent à de tels changements d’environnement.

« Quelles sont leur signature dans les roches? Qu’est-ce qu’ils vont laisser comme signature pour qu’on puisse les retrouver? En allant dans ces environnements analogues et en étudiant ces environnements analogues, par exemple à Mars ou à d’autres planètes et satellites, on peut enfin construire des instruments [...] qui nous donnent une chance de pouvoir détecter ces signatures si elles existent dans d’autres planètes. C’est, en quelque sorte, un terrain d’entraînement à une exploration robotique et humaine dans le futur. »

Chargement en cours