Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 11 novembre 2018

Un nouveau polluant serait présent partout

Publié le

Un sofa brûle.
Le TDTBPP est utilisé notamment comme retardateur de flammes.   Photo : Getty Images / stevecoleimages

Des scientifiques viennent de détecter pour la première fois, partout dans l'environnement, une molécule qui pourrait s'avérer toxique. Celle-ci a été trouvée en Ontario dans une usine de recyclage de produits électroniques, ainsi que dans la poussière de maisons à Toronto, tandis qu'aux États-Unis, les chercheurs l'ont repérée dans l'air, dans un cours d'eau et dans des sédiments. Fait à noter, la molécule était présente dans 100 % des échantillons analysés.

Cette nouvelle molécule a été découverte tout récemment, un peu par hasard, par deux équipes de chimistes, soit des Américains et des Canadiens de Toronto qui travaillent indépendamment. Leurs résultats ont été publiés dans Environmental Science and Technology, la revue savante de l’American Chemical Society.

Une équipe a baptisé la molécule TDTBPP, une abréviation pour un mot compliqué qui décrit une variante du phosphate de tributylphenyl. L’autre équipe l’a appelée AO168=O, en référence à un additif utilisé dans la fabrication des polymères, l'Irgafos 168 fabriqué par BASF, et qui pourrait, selon ces chercheurs, être le précurseur de la nouvelle molécule.

Conformément à sa structure, cette molécule appartient à une classe de produits qu’on nomme les organophosphates, aussi appelés les composés organophosphorés. Ces produits sont utilisés entre autres pour remplacer des retardateurs de flamme contenant du brome qui se sont avérés toxiques, comme les fameux PBDE, les polybromodiphényléthers.

Les experts commencent à s’interroger sérieusement quant à l’innocuité de ces produits de remplacement qu’on utilise de plus en plus, entre autres comme retardateur de flamme, et aussi comme plastifiant ou comme additif dans la fabrication de polymères, par exemple. Cette nouvelle molécule très répandue dans l’environnement pourrait être potentiellement toxique, elle aussi.

Chargement en cours