Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 2 septembre 2018

Un « centre commercial »... 500 ans av. J.-C.

Publié le

Le site archéologique de la cité d'Argilos, en Grèce, vu d'en haut.
Le site archéologique de la cité d'Argilos, en Grèce.   Photo : Jacques Perreault

L'archéologue Jacques Perreault a fouillé les vestiges d'une sorte de centre commercial de l'Antiquité, qui était situé dans la cité d'Argilos. Il qualifie sa découverte de « chaînon manquant de l'histoire du développement de l'architecture commerciale ».

De la stoa au Quartier DIX30
Les archéologues connaissaient déjà l’existence des stoas, de grands portiques avec une colonnade à l'avant et un mur à l’arrière. Les Grecs de l’Antiquité y tenaient certaines activités, tout en s’y protégeant des intempéries.

Les archéologues savaient également que de tels grands portiques, avec des boutiques à l’intérieur, avaient été construits des siècles plus tard, soit 300 av. J.-C. Le consensus scientifique était que des marchands s’étaient longtemps installés dans les agoras, de façon ponctuelle, et que le concept de boutiques n'apparaîtrait que plusieurs siècles plus tard.

Or, cette nouvelle découverte donne à penser que, dès 600 ans av. J.-C., ont été construites des boutiques servant à la fabrication et à la vente de produits.

Le professeur Jacques Perreault tient un vase ancien.
Le professeur Jacques Perreault, sur le site archéologique d'Argilos.   Photo : Jacques Perreault

Un grand magasin
Depuis 2013, l’équipe de Jacques Perreault a découvert quatre bâtiments. Le plus gros de ces bâtiments mesure 65 mètres de long et est divisé en douze boutiques. On y achetait notamment de l’huile d’olive, des objets en bois de cerf et des tissus. On y trouvait même un bassin pour la teinture.

Ce qui saute aux yeux de l’archéologue, c’est qu’on y vendait des objets qui sortaient de l’ordinaire, en comparaison avec les objets destinés à la vie quotidienne de l’époque. On constate ainsi que le goût du luxe a des racines profondes dans l’histoire de l’humanité.

Des urbanistes grecs?
S’il est démontré que c'est la Cité qui a construit le « centre commercial » en question, le marchand semble toutefois avoir eu son mot à dire sur l’apparence de la façade de son commerce. On trouve ainsi une marque du propriétaire dans chaque espace. De cette façon, de véritables espaces commerciaux ont été loués ou vendus à des particuliers, lesquels se sont acquittés de la construction des boutiques.

Chargement en cours