Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 8 septembre 2019

Vapoter pourrait-il être plus nocif pour les personnes diabétiques?

Publié le

Une femme fume une cigarette électronique.
L'usage de cigarettes électroniques peut être à l'origine de l'apparition de symptômes de maladies pulmonaires, prévient Santé Canada.   Photo : Reuters / Ronen Zvulun

Le vapotage est sous haute surveillance du côté des autorités américaines de santé, et le Canada a lui aussi réitéré les appels à la prudence cette semaine. Ces mises en garde surviennent après des épisodes aigus de toxicité résultant de la cigarette électronique. La science se demande maintenant si le vapotage peut avoir des effets néfastes sur les personnes atteintes de certaines maladies chroniques.

Outre les répercussions déjà documentées de la nicotine sur l'organisme des consommateurs, la recherche se concentre sur les effets à long terme des quelque 7000 saveurs proposées aux vapoteurs. Certaines saveurs, comme la cannelle, ont déjà été identifiées comme des irritants dangereux lorsqu'elles sont inhalées.

Par ailleurs, le propylène glycol et le glycérol, qui composent la majeure partie du volume liquide des cigarettes électroniques, sont aussi sous la loupe des chercheurs. Ces molécules sont présentes naturellement dans le corps, où elles sont transformées en glucose et utilisées comme source d'énergie pendant la nuit. Mais si des personnes diabétiques vapotent régulièrement, il est possible que l'accumulation de glucose dans leur sang ait une incidence négative sur leur glycémie et sur le cours de leur maladie. Le chercheur à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec Mathieu Morissette discute de ces nouvelles recherches avec Sophie-Andrée Blondin.

Chargement en cours