Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 23 juin 2019

On a marché sur la Lune… et après?

Publié le

L'astronaute Buzz Aldrin sur la Lune.
L'astronaute Buzz Aldrin photographié par Neil Armstrong lors de la mission Appolo 11   Photo : Getty Images / Neil Armstrong / NASA

Il y 50 ans, l'humain a marché sur la Lune. Si l'empreinte de ces premiers pas est encore présente, quelles empreintes l'héritage scientifique et technologique de cette grande aventure a-t-il laissées sur Terre ? Peut-on parler du « grand pas pour l'humanité » que l'astronaute Neil Armstrong laissait présager?

C’était la première fois qu’on voyait des scientifiques à l’écran et que c’était "cool". Ce n’étaient pas des nerds; c’étaient des gens qui accomplissaient quelque chose d’extraordinaire.

Robert Lamontagne, astrophysicien

Ce qu’il nous reste de la Lune
Un héritage scientifique important de ce chapitre phare de l’exploration spatiale vise la prise de conscience des humains quant à l’étendue de leur ignorance, nous rappelle Claude Lafleur. On croyait en apprendre beaucoup sur la Lune – sur sa formation, notamment – en y posant les pieds, mais dès qu’on en apprend un peu, on mesure l’étendue des connaissances à acquérir pour répondre à ces questions.

Les robots exploreront-ils l’espace pour nous?
Si les intéressés – du moins, ceux qui sont Canadiens – ont de moins en moins de chances de devenir astronautes, la robotique comble ce vide. En ce moment, sur la Station spatiale internationale, le Bras canadien 2 et le robot Dextre remplacent les astronautes en leur évitant des sorties extravéhiculaires, nous rappelle Gilles Leclerc, de l’Agence spatiale canadienne.

L’astrophysicien Robert Lamontagne, qui a longtemps douté de la pertinence des missions habitées dans l’espace dans un monde où la robotique offre d’autres possibilités, en est finalement venu à la conclusion que personne ne peut témoigner de l’expérience spatiale comme un humain peut le faire. Sa collègue Marie-Michèle Limoges souligne que ces témoignages et ces faits rapportés par des humains entrent dans l’imaginaire collectif. Elle cite en exemple le plaidoyer de David Saint-Jacques en faveur de la protection de l’eau, qui servira à convaincre une génération de citoyens en devenir.

Au cours de cette émission spéciale enregistrée devant public, nos invités nous livrent aussi leurs souvenirs de cette journée où l’humain a foulé le sol lunaire. Il est également question de l’influence que l'événement a eue sur leur vie professionnelle.

Invités:
Marie-Michèle Limoges, astrophysicienne et directrice du contenu scientifique et formation au Cosmodôme de Laval
Robert Lamontagne, astrophysicien
Claude Lafleur, journaliste scientifique spécialisé en astronautique et auteur du livre Apollo, la plus formidable histoire du 20e siècle
Gilles Leclerc, directeur général – Exploration spatiale à l’Agence spatiale canadienne

Chargement en cours