•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Table ronde sur la place des femmes en science

Les années lumière

Avec Marie-France Bélanger

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Table ronde sur la place des femmes en science

Audio fil du dimanche 10 février 2019
Un femme travaille dans un laboratoire.

Les facteurs qui influencent la présence et la performance des femmes dans le monde scientifique sont de nature individuelle et systémique, entre autres.

Photo : iStock

À l'occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science, qui sera célébrée le 11 février, quatre scientifiques de quatre générations différentes discutent et témoignent de la place des femmes dans les domaines scientifiques. Quel est le chemin parcouru? Que reste-t-il à faire? Comment intéresser les nouvelles générations à la science?

Selon de nombreuses études, les facteurs qui influencent la présence et la performance des femmes dans le monde scientifique vont de l’intime au collectif, et du personnel au systémique. Au cours de cette table ronde, les participantes abordent ces difficultés – allant de la famille jusqu’aux leviers sociaux – afin de nous emmener sur le chemin que la femme scientifique emprunte au cours de sa vie professionnelle et personnelle.

J'ai lu que les femmes avaient peur des sciences et je me suis dit : "Non! Je n'ai pas peur!" J'ai suivi plein de cours de biologie et de chimie. Finalement, je me suis ramassée au doctorat en génétique moléculaire.

Karen Messing, généticienne et professeure émérite au Département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM)

Invitées :
Mahaua Chowdhury, ingénieure
Julie Hlavacek-Larrondo, astrophysicienne et professeure adjointe au Département de physique de l'Université de Montréal
Karen Messing, généticienne et professeure émérite au Département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM)
Catherine Morency, professeure au Département des génies civil, géologique et des mines de Polytechnique Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi