Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 20 janvier 2019

Fausses couches : l'ADN du sperme sous la loupe

Publié le

Une figure de bois qui a un trou au niveau du ventre.
Est-ce que l'ADN du sperme peut causer des fausses couches à répétition?   Photo : getty images/istockphoto / Andrii Yalanskyi

Une grossesse sur cinq se termine par une fausse couche. Bien qu'il soit plus rare qu'une femme vive cette douloureuse épreuve à répétition, cela arrive parfois. Pour comprendre la cause des avortements spontanés qui s'enchaînent, les chercheurs ont historiquement regardé du côté de la mère. Mais une nouvelle étude a trouvé dans l'ADN du sperme une nouvelle explication.

Camille Sylvestre, obstétricienne au CHU Sainte-Justine, à Montréal, rappelle que l’avortement spontané est un phénomène naturel. L’événement est certes malheureux, mais il « fait partie de la vie ». Cependant, pour 1 femme sur 100, la récurrence des fausses couches incite les médecins à pousser davantage l’investigation.

Des causes multiples
Ultimement, c’est le corps de la femme qui rejette le bébé à venir. Ainsi, de nombreuses causes potentielles ont été trouvées de son côté : des problèmes de coagulation, des anomalies de l’utérus ou des anomalies hormonales, notamment.

Or, il semble que l’article publié dans la revue Clinical Chemistry jette un pavé dans la mare. On y découvre que la fragmentation de l’ADN dans le sperme est quatre fois plus fréquente chez les pères qui ont vécu des fausses couches à répétition.

Qu’est-ce qui fragmente donc l’ADN du sperme? Le fautif serait le stress oxydatif, qui viendrait le « désorganiser ». Ainsi, le sperme créera par la suite des embryons anormaux dont la course se terminera par une fausse couche. Certaines causes avancées par les chercheurs sont le tabagisme et l’âge paternel avancé (plus de 40 ans).

Des solutions
Si une diète riche en antioxydants semble avoir un effet négligeable sur cette fragmentation de l’ADN, l’ingestion de vitamines C, D et E ainsi que de zinc ou de sélénium donne de meilleurs résultats. En contrôlant les dommages sur le sperme de l’homme, on a observé une réduction des fausses couches.

Chargement en cours