Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 22 octobre 2017

Matière noire : Yves Gingras critique la communauté scientifique

Publié le

Image d'un amas de galaxies, de gaz chauds et de matière noire, ce qui représenterait les plus grandes structures de l'Univers maintenues par la gravité.
Image d'un amas de galaxies, de gaz chauds et d'hypothétique matière noire.   Photo : NASA / Chandra X-ray Observatory Center

L’humain ne peut observer qu’une petite partie de la matière qui compose l’Univers. Cependant, de nombreuses théories soutiennent qu’une matière inconnue pourrait expliquer la rotation des galaxies. La majorité des scientifiques la nomment matière noire, une masse invisible qui représenterait la majorité de la matière existante. L’historien des sciences Yves Gingras conteste le traitement que la communauté scientifique fait de ce concept trop souvent tenu pour acquis.

La matière noire, tous les journaux de vulgarisation la présentent comme existante. C’est très dangereux, parce qu’il y a déjà des théories qui n’en ont pas besoin pour expliquer les [mêmes] phénomènes.

Yves Gingras

L’historien et sociologue des sciences constate que de nombreuses découvertes scientifiques ont invalidé des théories existantes. Il mentionne, entre autres, la planète Vulcain, imaginée par Le Verrier en 1860 pour expliquer des anomalies dans l’orbite de la planète Mercure.

Si de nombreux scientifiques ont longtemps cru à l’existence de Vulcain, c’est finalement la théorie de la relativité générale d'Einstein qui a justifié les phases de Mercure.

Yves Gingras rappelle que la même chose pourrait arriver à la matière noire.

Il y a une masse manquante et on a tendance à croire qu’elle est partout. En science, il faut prendre une distance critique. On doit dire qu’on a un problème et que la meilleure hypothèse pour l’instant, c’est la masse manquante. Toutefois, aucune des propriétés prédites n’est [encore] mesurée.

Yves Gingras

Chargement en cours