•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il en faire plus pour sauver la baleine noire?

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Faut-il en faire plus pour sauver la baleine noire?

Audio fil du dimanche 13 octobre 2019
Des baleines noires de l’Atlantique Nord.

Des baleines noires de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis).

Photo : Pêches et Océans Canada/Jolinne Surrette

Il reste tout juste au-dessus de 400 baleines noires sur la planète, ce qui en fait un des mammifères marins les plus en danger au monde. Les auditeurs de la péninsule acadienne se sont déplacés en grand nombre à la Distillerie Fils du Roy, dans Petit-Paquetville, pour assister au Bar des sciences sur la situation de l'animal.

« Si vous voyez une baleine noire ici, allez vous acheter un billet de loterie. Ça fait 20 ans qu’on n’en a pas vu! », disait la biologiste Lyne Morissette. Il y a deux ans, il n’y avait pratiquement pas de données sur ce mammifère marin. Beaucoup de chemin a été parcouru en très peu de temps. 

La situation est devenue préoccupante, car des dizaines de baleines noires sont mortes récemment sans qu’on sache vraiment pourquoi. Aujourd’hui, quand un pêcheur voit un souffle au large, il y a une soudaine angoisse à penser que c’est peut-être celui d’une baleine noire. Lyne Morissette dit que la baleine noire n’est pas choyée : elle est plus lente que les autres baleines, elle flotte à la surface et se méfie moins. 

Le vétérinaire Pierre-Yves Daoust a participé à plusieurs nécropsies de baleines noires. Empêtrement dans les filets ou encore lésions et hémorragies internes qui indiquent une collision avec un gros navire : voilà quelques-unes des causes de décès répertoriées. 

Je veux donner un répit aux pêcheurs. Il faut se rappeler qu’en 2017, une bonne moitié des décès a été causée par des collisions avec des navires. Qu’est-ce qu’on fait avec ça? Quels sont les navires en cause?

Pierre-Yves Daoust, vétérinaire
Des chercheurs procèdent à la nécropsie d’une baleine.

Après une saison sans faute en 2018, six baleines noires ont été retrouvées sans vie cette année dans le golfe du Saint-Laurent.

Photo : Courtoisie : Stéphane Lair

Il reste par contre des nécropsies sans conclusion : on ne sait tout simplement pas de quoi le mammifère est mort. Est-ce qu’une biotoxine pourrait aussi être une cause de décès? C’est possible, mais l’activité humaine semble être la principale cause de la décroissance du nombre de baleines noires.

Parmi les solutions : pêcher plus tôt et réaménager des zones dynamiques. Certains pêcheurs doivent ainsi se rendre plus loin pour chercher le crabe. Il y a aussi une surveillance aérienne accrue des baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent. Elles ne sont pas faciles à repérer, mais on ne ménage pas les efforts, et les pêcheurs y participent aussi. On a aussi regardé du côté des Américains, qui ont plus d’expérience avec cette cohabitation de la baleine et de l’industrie de la pêche. 

Nous sommes à la recherche de solutions, car la survie de la baleine noire est une véritable course contre la montre. Cependant, pour avoir un portrait exhaustif de la situation, ça prendra du temps. Mais tous veulent aider à la protéger. 

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi