Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 16 juin 2019

L'invention du code-barres, une révolution oubliée

Publié le

Un main qui numérise un code-barres placé sur une boîte.
Dans les années 70, le code-barres était considéré comme une véritable révolution technologique.   Photo : iStock

Responsable du « bip » entendu lorsque votre boîte de céréales croise la caisse enregistreuse, le code-barres relevait pourtant de la science-fiction lors de son arrivée sur les rayons. Quarante-cinq ans plus tard, le chroniqueur Renaud Manuguerra-Gagné nous raconte à quel point l'accueil réservé à ce petit signe, fruit de 20 ans de recherche, a été fort mitigé.

Il était temps!
Avant le code-barres, toutes les transactions impliquant une caisse enregistreuse étaient exécutées manuellement. Pensez-y un instant : vous terminez votre épicerie et le caissier doit consigner CHAQUE produit dans sa caisse. La frustration devenait inévitable devant ces opérations représentant plusieurs minutes supplémentaires par client. Imaginez les files d’attente dans ce monde sans code-barres...

Les propriétaires de commerces devaient aussi faire l’inventaire de leur magasin chaque jour pour savoir ce qui avait été acheté. L’urgence de mettre au point un système d’étiquetage automatique se faisait sentir.

Histoire du code-barres
Si l’idée est finalement apparue dans les années 40, il a cependant fallu attendre 30 ans la démocratisation de l’invention de Norman Woodland et Bernard Silver, deux ingénieurs et inventeurs diplômés de l’Université Drexel, à Philadelphie.

C’est Woodland qui a d’abord eu un éclair de génie lors d’une visite à la plage. Il tentait d’inventer un symbole qui incorporerait de l’information numérique – un peu à la manière du code morse – alors qu’il traçait des points et des lignes dans le sable avec ses doigts.

Il s’est retrouvé avec des lignes de différentes largeurs devant lui. C’est là qu’il a vécu son épiphanie. Bien que cette première version n’ait pas été le code-barres que l’on connaît aujourd'hui – il s’agissait plutôt d’un cercle –, l'ingénieur avait désormais compris comment traiter l’information contenue dans ces lignes.

Logique numérique
Le code-barres est un rectangle composé de 95 lignes de même largeur, noires ou blanches. Les bandes plus larges représentent plusieurs lignes collées. Quand une lumière laser frappe ce code, les lignes noires absorbent la lumière. À l’inverse, les lignes blanches renvoient la lumière laser vers un scanneur, qui capte l’information et la transmet à un ordinateur. Chaque couleur envoie un chiffre (0 ou 1) à l’ordinateur, qui décode ainsi un numéro de 12 chiffres, que l’on associe à une entreprise et à un objet.

Réception
Le 26 juin 1974, le premier objet affichant un code-barres a été scanné; il s’agissait d’un paquet de gommes de marque Juicy Fruit. L’objectif était de prouver que les petits objets pouvaient arborer un code-barres fonctionnel, car de nombreux fabricants rechignaient à l’idée de devoir l’ajouter sur leurs produits. Finalement, les sceptiques ont été confondus, notamment parce que les commerces l’exigeaient, mais aussi parce qu'on voulait en apprendre plus sur les habitudes des consommateurs.

Chargement en cours