Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 7 avril 2019

Pourquoi nos aisselles ne sentent-elles pas la même chose que nos pieds?

Publié le

Un homme sent fort des aisselles, et ce, en direction d'une femme portant un masque à gaz.
Les odeurs corporelles diffèrent selon le sexe et la région du corps de la personne malodorante.   Photo : Getty Images / RapidEye

La transpiration n'a pas d'odeur : les véritables producteurs de puanteur sont les bactéries qui nous peuplent. Et chaque partie de notre corps est un écosystème différent, qui héberge différents types de bactéries, lesquelles génèrent différentes odeurs.

Comme nous, les bactéries ont besoin de trois choses pour avoir une vie épanouie : de la nourriture, de l’eau et un endroit où vivre confortablement. Notre corps leur offre tout ça. Pas surprenant qu’on y trouve, dans certains recoins, plus de bactéries par centimètre carré que d’êtres humains dans une ville comme Tokyo!

Mais les bactéries ont un autre point en commun avec nous : après s’être bien nourries, elles produisent des déchets malodorants… qui nous rendent malodorants.

Comme dans la nature, les « écosystèmes corporels » les plus foisonnants et... les plus odorants se trouvent dans les jungles chaudes et humides que sont les aisselles, l’aine et les pieds. Et si la jungle axillaire d’un homme exhale surtout des odeurs fromagées, celle d’une femme aura le plus souvent des effluves d’ « oignon fruité ».

Chargement en cours